Aux origines des relations culturelles contemporaines entre la France et le monde arabe (Rouchdi Fakkar, 1972)

ce sera la première tentative faite pour analyser ce que nous appelons « la presse littéraire en Egypte » ; elle nous donnera en même temps une idée du rôle joué par l'influence française dans la formation de cette presse et de là, dans la vie intellectuelle égyptienne en général.

Le français en Egypte. Histoire et présence actuelle | Persée

Depuis le XIXe siècle et jusqu'aux années 1950, le français fut, comme on le sait, la langue de l'administration, de la Cour, des affaires ainsi que des sociétés scientifiques qui employaient le français comme langue de communication. D'autre part, nombre de journaux et de revues paraissaient en français, dont des revues à portée féministe.

EGYPTIAN COTTON.; Its Modern Origin and the Importance of the Supply | The New York Times Archives

The cultivation of cotton in Egypt is entirely of modern origin. It dates back no further than the reign of MEHEMET ALI, when a certain Monsieur JUMEL, an active and enterprising Frenchman, discovered in a fine garden at Cairo belonging to a Bey named MAKO, some neglected cotton plants which had been placed there merely as objects of curiosity and embellishment.

L’expédition d’Égypte et le débat sur la modernité | OpenEdition Journals

Dans les théories de la modernisation, deux thèses opposées s’affrontent. La première est celle du développement exogène, qui suppose que la modernité doit toujours venir de l’extérieur. Bien que datée, cette thèse conserve encore bien des partisans. La deuxième soutient, au contraire, que le développement doit être endogène, qu’il doit être engendré par la société elle-même et que les réformes ne peuvent prendre racine si elles ne répondent pas aux besoins de la société.

Naturalisme et diplomatie : transferts et échanges avec l’Égypte des Pachas (1825-1869) | OpenEdition Journals

Des animaux rares offerts pour entretenir les bonnes relations entre les deux pays reçoivent le statut d’objets diplomatiques ; il en est ainsi de Chevrette, premier éléphant d’Afrique arrivé, en 1825, au Muséum, ou de la fameuse girafe offerte à Charles X l’année suivante.