Le projet

En deux mots :
Saisir dans toute son étendue l’influence de la France dans l’histoire politique de l’Europe et du monde, ainsi que son rôle dans le développement de la civilisation occidentale
Dresser l’inventaire des réalisations françaises, de toute nature à toutes les époques


Ambition du projet

La présence de la France dans le monde est ancienne et multiforme ; son influence fut grande par le passé. Sa contribution au perfectionnement moral et intérieur de l’homme, ainsi que ses apports à l’amélioration matérielle de la société furent conséquents et souvent décisifs.
Traces de France a pour ambition d’en rendre compte exhaustivement, par la grâce du ciel et d’internet.

« France, mère des arts, des armes et des lois », écrivait Joachim du Bellay. Sous le lyrisme de ce vers connu de tous, une réalité : du peuple français est issue une exceptionnelle quantité de bâtisseurs, d’écrivains, de soldats, de mathématiciens, de scientifiques, d’inventeurs, d’artistes, de juristes et autres personnalités ayant marqué toutes les époques dans les domaines les plus divers. Le peuple français fut aussi au cours des âges un étonnant vivier de chefs d’États. Ces responsables politiques gouvernèrent sur tous les continents des étendues considérables (« Ces français qui gouvernèrent le monde » , François Montgisard, 2011)

François Guizot enseignait dans son Histoire de la civilisation européenne (1828) que «  la France avait été le centre, le foyer de la civilisation de l’Europe ». Louis-Philippe May a dressé un remarquable « tableau des apports de la France à la civilisation » (1951) dans lequel il montre l’influence que la France a exercée par la transmission des idées bien sûr, mais aussi par son peuple, qui a laissé mécaniquement d’ineffaçables traces dans l’être des nations, du simple fait de son existence, de son mouvement, de sa vie. « Par quelle voie la France a-t-elle coopéré à la mise en valeur de la planète, à son peuplement, et par là à la civilisation générale ? » se demande-t-il encore. Son ouvrage a largement inspiré la table des matières du site.

Louis Reynaud souhaitait quant à lui «  attirer l’attention sur le problème à peine effleuré jusqu’ici de l’expansion civilisatrice de la France, problème capital, qui est en somme le plus important de l’histoire morale et matérielle du monde moderne, lequel a été en grande partie créé par l’effort français » (Les origines de l’influence française en Allemagne, 1913)

Les amis de la France ne furent pas moins éloquents ; ils seront bien représentés. En effet, de quel intérêt n’est-il pas pour nous de savoir comment on nous juge à l’étranger ? Un américain, Hugo-P. Thieme, professeur de français à l’université de Michigan demandait objectivement : « Quelle a été pour le monde l’importance des cathédrales, de la Renaissance, de l’édit de Nantes, de la déclaration des droits de l’homme, du mouvement féministe, de l’union des efforts politiques, artistiques, intellectuels et industriels en France ? Quelle a été l’attitude de la France en tant qu’éducatrice vis-à-vis du monde ? » (voir ici)

L’homme de lettre mexicain Justo Sierra expliquait au début du vingtième siècle que « l’esprit de la culture française était l’enveloppe de l’âme que les pays latins avaient adopté depuis deux siècles » (cité là). Pour l’historien roumain Pompiliu Eliade, « rarement action d’un peuple sur un autre, fut plus complète, plus envahissante, plus enveloppante que l’influence française en Roumanie » (De l’influence française sur l’esprit public en Roumanie, 1898). L’hommage peut-être le plus extraordinaire nous a été donné par l’historien anglais Théodore Zeldin, lequel a écrit dans son Histoire des passions françaises (1981) : « Aucune nation, aucune démocratie ne peut écrire sa propre histoire sans reconnaître à la France une dette ou une influence directe » 

En fait, les témoignages affluent de toutes parts, à chaque époque. Comme un torrent. On les retrouve un peu partout sur le site, quelques-uns sont réunis dans le verbatim

À qui s’adresse Traces de France

Les français n’ont pas idée de ce que fut leur pays. Oui la France a rayonné sur toute la terre. Oui, la France des épis mûrs et des blés moissonnés a semé sur tous les continents.

Ce site est dédié aux amateurs de l’histoire de France, aux amoureux du pays, à ceux qui cherchent des arguments pour lutter contre la sinistrose et le déclinisme ambiant.

L’équipe

Traces de France n’étant pas une association de type loi 1901 mais un projet individuel, « l’équipe » est toute entière concentrée en une seule personne, l’auteur du blog et de ces lignes, qui en outre n’est pas historien de métier.

Certes, une équipe composée d’un responsable éditorial, d’un webmestre, d’un comité de relecture des textes, ainsi que de traducteurs, ajouterait à la qualité et à la sûreté du contenu. Elle ajusterait les moyens aux fins, et répondrait ainsi convenablement aux ambitions d’un projet a priori démesuré.

Nonobstant cette importante lacune, Traces de France vous invite à découvrir les hauts faits d’un pays et d’un peuple sans pareils dans l’histoire moderne tant il est vrai, comme l’a remarqué encore Louis-Philippe MAY, que si l’on a souvent parlé du miracle grec, on n’a jamais parlé du « miracle gaulois ».


 

.

.

.