Les Artistes suédois en France au XVIIIe siècle (1695-1812) (P. Lespinasse, 1929)
Les Artistes suédois en France au XVIIIe siècle (1695-1812). Contribution à l’histoire de l’influence française (1re série. Deuxième partie) /  Auteur : Lespinasse, Pierre (1881-1943). Date d’édition : 1929 Type : monographie imprimée Langue : français

gallica

Télécharger en PDF
Introduction

INTRODUCTION

Le XVIIe siècle avait été l’époque des Français en Suède. Le XVIIIe siècle est celle des Suédois en France. Processus inévitable. Les artistes d’un pays déjà vieux se rendent chez un peuple jeune où les pouvoirs publics les appellent. Les leçons professées par eux donnent à leurs élèves le désir légitime — et encouragé — d’aller s’instruire aux écoles qui ont formé leurs maîtres pour y puiser directement les principes de leur art et y respirer, au milieu des chefs-d’œuvre, l’atmosphère de l’inspiration. II en avait été de même dans les rapports précédents qui avaient existé entre l’Italie et la France.

Les artistes suédois vinrent nombreux à Paris au cours du XVIII° siècle. Peu s’y fixèrent. La raison de leur prompt départ est double. Ils étaient presque tous des élèves de l’Académie d’art de Stockholm, envoyés en France avec des bourses d’étude. Ils visitaient, à cette occasion, uns partie ds l’Europe, principalement l’Italie, et revenaient chez eux leur voyage terminé. D’aucuns le prolongeaient en sollicitant le renouvellement de leur pension. Quelques-uns, s’étant fait un nom et une clientèle dans le monde parisien, restèrent longtemps et même, pour plusieurs, jusqu’à la mort. Ces derniers furent des  exceptions. II est vrai que la Révolution chassa un et peut-être deux d’entre eux, mais rien ne dit qu’ils n’auraient pas imité l’exemple de Lundberg qui partit de son plein gré, après un séjour glorieux de plus d’un quart de siècle. Il faut sans doute trouver l’explication de ces départs dans les pensées suivantes de Jean Oxenstierna sur la france :

 » Me voici dans le pays où les muses résident, où les sciences habitent, où Mars tient son école et où la religion catholique est dans son lustre. la civilité est comme naturalisée, l’honnêteté fleurit et la clémence brille dans ce merveilleux pays… Heureux pays ! La patrie des étrangers et l’asile des grands princes malheureux…A l’âge de dix-huit ans, j’y allai pour la première fois et je trouvais Paris un parais. a l’âge de vingt-cinq, j’y retournai pour la seconde fois et Pais m’a paru agréable. A l’âge de trente-six, j’y fis un troisième voyage et il me parut passable. M’y voici de retour à quarante-huit et je m’y trouve inquiet. de sorte que je crois que si j’y revenais dans dix ans il me paraitrait insupportable. il semble qu’à mesure que l’homme décline, cette incomparable ville perd ses charmes et que, semblable à la Fortune, elle ne juge que la jeunesse digne de participer à ses délices. »

Malgré leur atticisme certain, les suédois étaient d’un tempérament différent de celui des gens qu’ils fréquentaient et qu’ils coudoyaient : plus sérieux, plus réservés, plus désireux d’une vie calme. l’empreinte laissée en leur âme par une nature puissante et austère, un climat rigoureux des habitudes paisibles, s’accusait avec l’âge. Le spleen de leur pays lointain les prenait ; malgré l’hospitalité reçue, dont ils avaient senti le charme et dont ils devaient aimer le souvenir, malgré des amitiés auxquelles ils gardaient fidélité, ils partaient. Pour le bien de leur patrie et de l’art en général, cela était préférable. leurs jeunes compatriotes profitaient de leur savoir, ils propageaient pour la France une sympathie aujourd’hui plusieurs fois séculaire et dont nous pouvons tirer fierté.

Les travaux des artistes français en Suède ont fait l’objet d’une précédente étude. celle-ci, relative à la vie des artistes suédois en France complètera l’histoire des rapports artistiques entre les deux pays depuis la Renaissance jusqu’à la période contemporaine.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :