« Notre relation avec la France est, bien sûr, formée par un complexe d’infériorité remontant à la domination normande, et peut-être un soupçon persistant parmi le prolétariat que les toffs au fond sont toujours français »