via Indépendances (ina.fr)

cliquez sur le lien ci-dessous pour lancer la vidéo

https://fresques.ina.fr/independances/export/player/Indepe00156/360×270

Le 27 février 1906, la France et la Grande Bretagne mettent en place le condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides reflet de « l’entente cordiale » entre les deux nouveaux alliés et réponse commune à l’expansionnisme germanique dans cette région. C’est le début d’un système politique unique au monde : deux administrations jumelles – police, santé, justice, éducation, monnaie, poste…. – coexistent sans aucune souveraineté exclusive. Français et britanniques ont des droits égaux mais les iliens n’ont aucun état officiel et pas même de passeports.

Dans les années 60, un mouvement indigène, le Nagriamel, milite pour l’indépendance du pays. Son leader, Jimmy Stevens, dépose une pétition aux Nations-Unies en 1971. La même année, le pasteur anglican Walter Lini fonde le Parti national des Nouvelles Hébrides, qui prend en 1974 le nom de Vanua’aku Pati. Ce parti indépendantiste est alors un mouvement très largement anglophone.

Le mouvement d’indépendance des autres territoires britanniques du pacifique sud – Fidji et Tonga sont indépendants dès 1970 – pose la question du devenir du condominium. France et Grande Bretagne s’accordent pour mettre en place un processus d’indépendance. Une assemblée représentative et des conseils communaux sont élus au suffrage universel en 1975. Ce reportage se veut un bilan de la situation de l’archipel peu de temps avant la mise en place du premier gouvernement autonome, qui sera formé le 11 janvier 1978.

Cet extrait d’un reportage destiné à la métropole – la France lointaine – présente tout d’abord la particularité administrative de l’archipel. Le caractère désuet de ce type de ce type de structure est clairement mis en avant par les représentants des puissances coloniales, particulièrement par le résident britannique. L’accession à l’indépendance est présentée comme le cours normal de l’histoire. La question de l’héritage des deux administrations parallèles apparaît comme anecdotique et comme une chance pour l’avenir du territoire. Aucune allusion n’est faite quant à une éventuelle tension ou à des points de vue divergents entre anglophones et francophones.

Vincent Giraudier

 
Transcription

(Musique)
Journaliste 1

L’archipel des Nouvelles-Hébrides constitué d’une soixantaine d’îles et d’îlots se trouve dans la partie sud-ouest du Pacifique, non loin du continent australien.

(Musique)
Journaliste 1

90 000 habitants sont répartis sur quelques 13 000 kilomètres carrés.

(Musique)
Journaliste 1

72 000 noirs mélanésiens, métissés de Polynésiens, différentes ethnies venant du continent asiatique et des archipels voisins: Tonga, Fidji, Samoa ; et quelques 2 000 Australiens anglais ou français.

(Musique)
Journaliste 1

Le camp de Minam des Nouvelles-Hébrides, le seul existant au monde, est le résultat de l’entente cordiale créée au début de ce siècle entre la Grande-Bretagne et la France ; qui administrent conjointement l’archipel.

Journaliste 2

Monsieur le commissaire résident de France, on parle beaucoup aujourd’hui de l’indépendance Nouvelles-Hébrides. Quelle est la position du gouvernement français ?

Intervenant 1

La position du gouvernement français est extrêmement claire. Le ministre départements et territoires d’outre-mer Monsieur Stirn a récemment déclaré ; que la France était prête avec la Grande-Bretagne à favoriser l’accession des Nouvelles-Hébrides à un régime d’autonomie interne ; qui les conduira le moment venu à l’indépendance totale.

Journaliste

Monsieur le Résident, quelle est l’attitude politique de la Grande-Bretagne vis-à-vis des Nouvelles-Hébrides ?

Intervenant 2

Et bien, comme mon homologue français vient de vous le faire remarquer ; les Nouvelles-Hébrides et leur système politique sont en quelque sorte un anachronisme dans le monde moderne. Et nos gouvernements ensemble sont déterminés à amener les Nouvelles-Hébrides à un point où il leur apparaît comme nécessaire de devenir indépendant.

Enfants

Dans sa maison un grand cerf. Regardait par la fenêtre. Un lapin venir à lui. Et frapper chez lui. Cerf cerf ouvre moi. Ou le chasseur me tuera. Lapin lapin entre et viens. Me serrer la main.

Journaliste 2

Pensez-vous monsieur le résident que le système de gestion en condominium a été profitable aux Nouvelles-Hébrides ?

Intervenant 2

Oui, sans aucun doute, et surtout de deux points de vue en particulier. C’est vrai que c’est système étonnant, grotesque, et même frustrant pour ceux qui doivent travailler avec une double administration bilingue. Mais au moins, les Nouvelles-Hébrides ont bénéficié des avantages offerts par chacune des administrations. Et il est extrêmement douteux que suivant leur désir, toutes seules, les Nouvelles-Hébrides auraient pu obtenir le complexe d’écoles et d’hôpitaux ; et même le réseau routier dans certaines iles dont elles disposent maintenant. D’autre part, il est facilement oublié que les Nouvelles-Hébrides ont échappé au problème de la balance commerciale, qui a affligé tant d’autres pays. Surtout, grâce aux capitaux et aux salaires qui ont été injectés pendant plus de 60 ans par nos deux gouvernements ; ce qui a amené, mon collègue sera d’accord, un certain niveau de prospérité, tout au moins à Vila.

(Musique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :