via Découverte de la strychnine (FranceArchives)


Auteur du texte :  de Maleissye, Jean

Recueil 2018

Pages d’histoire.
Jusqu’en 2018, la Mission aux Commémorations nationales a dressé chaque année la liste des anniversaires à célébrer au nom du ministère de la Culture (cinquantenaires et centenaires). Cette liste était validée par le Haut comité des Commémorations nationales, institué par arrêté du 23 septembre 1998, qui conseillait le ministre de la Culture dans la définition des objectifs et des orientations de la politique des célébrations nationales. Vous trouverez dans cette rubrique les notices et recueils des commémorations de 1999 à 2018.

Dans la famille des alcaloïdes, la strychnine fut le premier obtenu à l’état pur. Les noms de Pelletier et Caventou, pharmacochimistes de talent, restent associés à cette difficile entreprise. Connue par ses effets depuis longtemps, la strychnine est présente dans l’écorce ou le bois de loganiacées, une famille végétale endémique de l’Asie du Sud-Est, à laquelle appartiennent les strychnos et notamment le vomiquier. Sous forme de décoction et mêlée à du vin aromatisé, elle aurait été servie, dit-on, à Alexandre le Grand, afin de l’empoisonner.

C’est en partant de graines de cet arbre, les noix vomiques, que nos deux chimistes parvinrent à extraire la molécule presque pure, à l’aide d’alcool bouillant, après dissolutions et concentrations successives. Une prouesse pour l’époque !

Finalement cristallisée, la strychnine se présente sous forme d’octaèdres incolores solubles dans l’eau et l’alcool et d’une amertume extrême. Les effets liés à son ingestion font de cet alcaloïde un poison et un remède. Souvent sous forme combinée de sulfate de strychnine, elle reste associée à de nombreux assassinats dont la littérature policière sut faire le meilleur usage…

Sur un plan physiologique, son effet est rapide et convulsivant. Quelques dizaines de milligrammes suffisent à entraîner la mort par hypertétanie des muscles et asphyxie. En qualité de remède et à dose appropriée, il agit efficacement sur les muscles lisses, particulièrement en cas d’atonie du tube digestif ou comme stimulant du système nerveux central.


Jean de Maleissye, historien.
Source: Commemorations Collection 2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :