source : http://journals.openedition.org/artefact/476

Le magasin-fondateur, baptisé de façon emblématique Palacio de Hierro voit le jour à Mexico, en 1891, édifié par les frères Jules et Joseph Tron


Hélène Homps« Les références culturelles des émigrants mexicains de la vallée de Barcelonnette : du grand magasin à la villa »In Situ [En ligne], 4 | 2004, mis en ligne le 19 avril 2012, consulté le 12 décembre 2021URL : http://journals.openedition.org/insitu/2236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insitu.2236


RÉSUMÉ

C’est au Mexique où ils émigrent massivement entre 1850 et 1950, alors qu’ils détiennent le monopole du commerce et de l’industrie textile, que les émigrants de la vallée de Barcelonnette font l’expérience de la modernité et découvrent le langage de l’architecture et son pouvoir de représentation. Acteurs du siècle si justement baptisé « siècle de l’Industrie » (François Loyer) dans la jeune république fédérative des Etats-unis du Mexique (principalement sous le gouvernement de Porfirio Diaz, 1876-1911), ils deviennent les promoteurs d’une nouvelle architecture urbaine monumentale liée à la création d’un programme spécifique : celui du grand magasin. Du grand magasin à la villa édifiée de retour du Mexique, les références culturelles des anciens émigrants « mexicains » sont les mêmes, directement issues de l’art industriel contemporain.


Plan

El afrancesamiento, l’influence française
La référence au modèle parisien
Le réseau des Maisons spécialisées
Primauté de l’héritage rationaliste
Conclusion


El afrancesamiento, l’influence française

Dans le Mexique du Porfiriato, où l’influence française, el afrancesamiento devient le véhicule privilégié de la modernité, « el modelo civilizador que todo lo incluye : la literatura, la musica, la poesia, pero tambien las modernas fabricas, los grandes almacenes, las modas y el arte del bien vivir », l’architecture urbaine et le décor monumental suivent de près les modèles fournis par un éclectisme venu d’Europe et particulièrement de Paris. Les bâtiments officiels, les bâtiments publics et commerciaux parmi lesquels les grands magasins de nouveautés édifiés par les émigrants de la vallée de Barcelonnette multiplient les références à cette architecture « post-baroque » qui habille les capitales européennes et les sites consacrés à la villégiature. De la même façon, l’urbanisme des nouveaux quartiers suburbains, les modernes colonias, loties pour une clientèle étrangère aisée où prédomine el estilo francès actual  portent la marque d’une nouvelle vision néo-classique et européenne qui l’emporte sur la vision coloniale et préhispanique, héritage de la conquête espagnole.


La référence au modèle parisien

Fig. 1 – Grand magasin El Palacio de Hierro à Mexico. Phot. H. Homps © Musée de la Vallée, Barcelonnette, 2001.

Calqués sur leurs aînés parisiens et construits avec les matériaux importés des ateliers et manufactures françaises, les nouveaux établissements de nouveautés qui nous occupent ici, édifiés, la plupart du temps, au cœur du noyau historique des principales villes mexicaines, exhibent tous « une écriture on ne peut plus post-haussmanienne de dômes et de grands combles cintrés dont la protubérance accentue la majesté des volumes, silhouettés à chaque carrefour ». Les nouveaux « monuments » de la république mexicaine sont l’œuvre d’architectes français, principalement parisiens, invités par le gouvernement mexicain pour construire les bâtiments officiels de Mexico. Le magasin-fondateur, baptisé de façon emblématique Palacio de Hierro (Palais de fer) (fig. n° 1) voit le jour à Mexico, en 1891, édifié par les frères Jules et Joseph Tron. Dessiné sur les plans de l’architecte parisien Geoges Debrie associé à l’ingénieur Georges Pierron, il adopte pour la première fois au Mexique une ossature de fer directement inspirée par les prouesses technologiques de la tour récemment construite à Paris par l’ingénieur Eiffel.

Fig. 2 – La « Ciudad de Mexico » à Puebla, 1895, lithographie. Phot. H. Homps © Musée de la Vallée, Barcelonnette, 2001.


Avec Las Fabricas Universales, édifiées à proximité par Alexandre Reynaud, l’architecte parisien Eugène Ewald reprend le modèle du grand magasin avec rotonde couronnée d’un dôme. Dans sa monographie intitulée précisément Un Edificio Francés, Leticia Gamboa met l’accent sur le caractère inédit de ce langage architectural qui distingue, à Puebla, le grand magasin La Ciudad de Mexico (fig. n° 2), construit en 1895 par les frères Lions et librement « inspirado en el modelo de la Samaritaine, una de las tiendas mas renombradas de Francia ».

Fig. 3 – La « Ciudad de Mexico » à Puebla, 1895 ; constructeurs : Schwartz et Meurer, Paris. Phot. H. Homps © Musée de la Vallée, Barcelonnette, 2001.

Son ossature métallique comme les pierres de taille proviennent directement de France. Les pilastres extérieurs portent ainsi la signature des constructeurs Schwartz et Meurer, Paris (fig. n° 3). A Guadalajara, l’architecte Ernesto Fuchs imprime de la même façon le « style français » à l’imposante façade de Las Fabricas de Francia.

Toutes ces cathédrales du commerce ne se contentent pas d’offrir les derniers articles au goût du jour, les plus importants d’entre-eux s’intéressent aussi à l’ameublement et à la décoration, fabriquant dans leurs ateliers, « un grand choix de tapis, carpettes, rideaux, tapisseries anciennes et Art nouveau, ainsi qu’un grand assortiment de meubles français, anglais, italiens et américains et s’engagent « à meubler et à décorer des maisons particulières, bureaux publics et commerciaux ». Cette culture industrielle centrée sur l’objet manufacturé se retrouve au cœur du projet architectural et décoratif de la villa édifiée par les anciens émigrants « mexicains » de retour dans leur vallée.


Le réseau des Maisons spécialisées

https://journals.openedition.org/insitu/2236#tocto1n3


Hélène Homps
Conservatrice du Musée de la Vallée, Barcelonnette. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :