via arts-et-metiers.net/

capture d’écran | cnam

La personnalité du comte Albert de Dion domine incontestablement les débuts de l’automobile. Aristocrate nanti et industriel entreprenant, de Dion est également un chercheur qui innove dans tous les domaines liés au transport. Ses moteurs équipent aussi bien les premiers aéronefs, les traîneaux pour des expéditions polaires que le fameux tricycle à pétrole.

Après le moteur Lenoir
Le moteur Lenoir, au gaz, restait dépendant de son alimentation. En 1876, l’Allemand Nikolaus Otto réalise le premier moteur à quatre temps, indépendant, fonctionnant avec un combustible liquide. Son moteur manque cependant de puissance. Comment augmenter son régime, donc sa puissance, sans en augmenter le poids et les dimensions ? Daimler arrivait tout juste à 600 t/min.

Un moteur d’avenir
Dans les années 1880, de Dion se lance avec ses associés, Georges Bouton et Charles Trépardoux, dans la fabrication d’automobiles à vapeur, tricycles et quadricycles. Malgré ses succès, il comprend que l’avenir des petits moteurs est au pétrole. En 1895, grâce à un nouveau procédé d’allumage électrique, il obtient un monocylindre léger de 1,5 ch dépassant les 2 000 t/min qui équipe un tricycle. Le succès est immense, l’ère de l’automobile est ouverte.

(Cartel de l’exposition permanente)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :