via chateauversailles.fr

capture d’écran

Pour la chambre de Louis XIV à Trianon, il révolutionne en 1708 une forme de meuble : la commode.

André-Charles Boulle, ébéniste du Roi 1642-1732

Désigné au roi par Colbert comme « le plus habile dans son métier », Boulle est l’auteur d’un grand nombre de meubles en bronze et marqueterie qui en font le premier grand ébéniste du mobilier français des XVIIe-XVIIIe siècles. La créativité et la richesse de ses meubles contribuèrent à la réputation de Versailles en la matière.

Auteur dès 1672 de toutes sortes de meubles pour Louis XIV, sa famille et la Cour, le nom de Boulle est inséparable de la marqueterie de cuivre et d’écaille qui a fait son succès : la fameuse « marqueterie Boulle ». Bien qu’il n’en soit pas l’inventeur, il crée un procédé nouveau consistant à découper un même motif sur ces deux matériaux. Il obtient alors deux panneaux : la « partie » et la « contrepartie ». Le premier est en cuivre sur fond d’écaille, le second en écaille sur fond de cuivre. En 1684-1692, le Grand Dauphin commande en marqueterie Boulle les lambris et parquet de son cabinet à Versailles, disparus au XVIIIe siècle.

Une autre innovation majeure de Boulle est d’appliquer des bronzes sur ses meubles pour en protéger les parties les plus sensibles. Mascarons, griffes, frises, feuillages… envahissent consoles, bureaux et cabinets. Les bronzes se retrouvent aussi sur les pendules, cartels, candélabres, encriers…

L’ébéniste ne se contente pas d’innovations techniques ou esthétiques, il crée aussi de nouveaux meubles.

Boulle est aussi l’auteur pour le roi de grands bureaux plats sur pieds, de tables de salon, de coffres à bijoux, d’horloges monumentales à balancier.

La beauté et la perfection de ses meubles lui valent une immense célébrité en France et en Europe : Philippe V d’Espagne, Maximilien-Emmanuel de Bavière font partie de sa prestigieuse clientèle. Paradoxalement, Boulle eut souvent des ennuis financiers : le roi dut intervenir à plusieurs reprises pour le protéger de ses créanciers. Passés de mode à sa mort en 1732, ses meubles furent reproduits avec succès au milieu du XVIIIe siècle et surtout sous le Second Empire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :