via Encyclopædia Universalis


Charles TOUATI, « GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/


PREMIÈRES LIGNES

Mathématicien, astronome, médecin, exégète biblique, talmudiste, théologien et philosophe, Gersonide est l’esprit le plus universel du Moyen Âge juif. Il est aussi l’un des plus indépendants, ce qui lui valut d’être attaqué aussi bien par les disciples, de stricte obédience, d’Averroès que par ses coreligionnaires traditionalistes, pour qui, jusqu’à nos jours, il est resté quelque peu suspect.

Dans la France méridionale où Gersonide est né et où il a vécu, Maïmonide était l’objet d’une grande vénération ; mais la diffusion des ouvrages d’Averroès, dont la plupart ont été traduits d’arabe en hébreu surtout dans le Languedoc et en Provence, avait remis en cause les solutions apportées par Maïmonide aux problèmes philosophiques et théologiques et soulevé de nouvelles questions.

Contrairement à Maïmonide qui se voulait essentiellement théologien, c’est d’abord en philosophe que Gersonide reprit les problèmes classiques de la pensée médiévale ; il adopta la nouvelle perspective où les avait placés l’interprétation qu’Averroès avait fournie de l’aristotélisme, non sans d’ailleurs contester parfois cette interprétation, puis il entreprit d’étudier leur incidence sur la croyance religieuse. À travers une minutieuse exégèse de nombreux livres bibliques, il tenta de dégager, outre les enseignements éthiques, politiques et religieux, les thèses métaphysiques que ces textes impliquent. Dans ses travaux scientifiques, qui portent sur l’arithmétique, la musique, la géométrie, la trigonométrie et l’astronomie, il soumet à la critique les théories d’Euclide, Ptolémée, Al-Bitroji (l’Alpetragius des Latins)… De l’invention d’un nouvel instrument astronomique, il tire une grande fierté. Enfin, on possède de lui une prescription médicale et des observations anatomiques et physiologiques intéressantes dans son Commentaire du Livre des animaux d’Averroès.

Fort prisés de son temps […]

 


Écrit par :
Charles TOUATI : docteur en théologie, docteur en histoire de la philosophie, docteur d’État ès lettres, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :