via Encyclopædia Universalis


Pierre-Paul LACAS, « JOHANNES DE MURIS ou JEAN DES MURS (1290/1295 env.-apr.1344) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-de-muris-jean-des-murs/


Mathématicien, astronome, musicien, théoricien de la musique, Johannes de Muris (Jean des Murs) est l’un des fondateurs de l’Ars nova. Son influence fut grande dans les universités des xive et xve siècles où, bien souvent, l’on commentait sa Musica speculativa, devenue, avec celle de Boèce, théorie officielle. Il naquit dans le diocèse de Lisieux, à la fin du xiiie siècle, vers 1290-1295 ; il étudia à Évreux (1318). Il mourut, probablement à Paris, après 1344. Avec le titre de Magister artium, il a enseigné à la Sorbonne pendant plusieurs années, tout en publiant de nombreux ouvrages sur les arts du quadrivium, tels que, en tant qu’astronome (c’est ce qui lui valut certainement d’être le conseiller de Clément VI, en 1344, pour la réforme du calendrier), Canones de eclipsi lunae (1329) ; dans Quadripartitum opus numerorum (1343), œuvre considérée comme originale dans le domaine des mathématiques, il aborde aussi des considérations sur les proportions numériques en musique (De sonis musicis). Citons surtout ses ouvrages de théorie musicale : Ars novae musicae (1319) qui comprend deux parties, l’une théorique (examen des sons et des intervalles), l’autre pratique (mesure de l’ordre des temps, qui introduit au mensuralisme) ; Musica speculativa secundum Boethium (1323) ; Epytoma Johannes de Muris in Musicam Boetii ; Quaestiones super partes musicae ; Libellus cantus mensurabilis (entre 1340 et 1350). Il est le premier à faire mention de l’usage des proportions, qui, au xve siècle et jusqu’au début du xvie, caractérisera l’école franco-flamande (ce procédé consiste à diminuer ou à augmenter la valeur des notes par rapport à la valeur habituelle — integer valor — des différentes notes, et cela suivant certaines proportions arithmétiques indiquées par des fractions). Il donne autant d’importance à la division binaire qu’à la division ternaire jusque-là traditionnelle. De ses compositions musicales, on possède un double motet isorythmique : Per grama prothoparet (motet) / Valde honorandus est beatus Johannes (ténor).


Écrit par :
Pierre-Paul LACAS : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l’Association française de défense de l’orgue ancien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :