via iesf.fr

Patrimoine des ouvrages du génie civil français et de ses ingénieurs dans le monde – Ponts et viaducs 1820-1915.
Dossier 30 p. IESF, Ingénieurs et Scientifiques de France.


Le 19ème siècle et le 20ème siècle ont connu un fort développement du génie civil : les historiens font état de la contribution des entreprises françaises à cet essor (Agnès d’Angio, Dominique Barjot, Anne Burnel, Michel Cotte, Bertrand Lemoine, etc.). Un remarquable état de cette contribution au début du 2oème siècle a été présenté par M. Coiseau,Entrepreneur, alors Président de la Société des ingénieurs civils de France.

Les routes et surtout les chemins de fer y tiennent une place importante, illustrés par de remarquables ouvrages d’art. On connait bien ceux réalisés en France, généralement moins bien ceux construits par des entreprises françaises dans les pays étrangers et l’Empire colonial.

Aussi, ce document rassemble-t-il des ponts et viaducs emblématiques à des titres divers, construits hors de France de 1820 à 1915. Ce sont essentiellement des ouvrages encore existants, en service ou hors service, éventuellement restaurés ou reconstruits. A titre d’exception quelques ponts suspendus du début de cette période, aujourd’hui disparus, y figurent.

C’était le temps de la création de grandes entreprises françaises qui exerceront souvent une part appréciable, voire dominante, de leur activité dans les pays étrangers et l’Empire colonial. Pour ce qui concerne les ponts et viaducs de cette période, ce sont surtout les sociétés Seguin (1820), Schneider et Cie (1845), Régie Générale des Chemins de fer (1855), Fives-Lille (1865), Eiffel (1866), Société de Construction des Batignolles (1872), Ferdinand Arnodin (1872), Hersent (1875) et ses fils Georges et Jean, Henri Daydé et Lionel Pillé (1882), François Hennebique (1893), (etc.) qui marqueront l’histoire du génie civil français.

Ces entreprises sont intervenues dans de nombreux pays des cinq continents. Elles ont plus particulièrement construit dans ceux qui ont fait appel à elles pour la réalisation de leurs réseaux de chemin de fer : ainsi le Portugal, l’Espagne,le Chili, et même la Chine, ainsi que dans l’empire colonial, l’Indochine, les pays d’Afrique du Nord et de l’Afrique Occidentale Française .

Des ingénieurs civils de talents, doués de l’esprit d’entreprise, acceptant les risques de l’expatriation, sont associés à ces ouvrages d’art : Marc et Jules Seguin, Ernest Bouin, Paul Bodin, Gustave Eiffel, Théophile Seyrfig, Wilhelm Nôrding, Ferdinand Arnodin, Paul Nouguier, Paul Séjourné, Hildebert Hersent, Henri Daydé, Charles Laroche, François Hennebique, Maurice Michel-Schmfidt, (etc.) ainsi que leurs collaborateurs.

En parallèle, les ingénieurs des ponts et chaussées seront de remarquables Administrateurs dans l’Empire colonial et ils apporteront leur contribution à l’équipement des territoires.

Ce document illustre et décrit une cinquantaine de ponts et viaducs remarquables construits entre 1820 et 1915.

Remerciements

Cette étude a été réalisée grâce aux informations recueillies dans des livres de bibliothèques,dans des organismes techniques, dans de nombreux sites Web et aussi grâce à de multiples contributions personnelles. Que soient d’abord remerciées la bibliothèque de l’Ecole des Chartes,la bibliothèque de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF), Madame Polino et Monsieur Fonnet, la bibliothèque de l’Ecole des Ponts,Madame Gautheron et Madame Masteau. Remerciements aussi à l’Académie François Bourdon,Monsieur de Badereau,pour la mise à disposition de documents anciens de Schneider et Cie,à Centrale Histoire de I’Assoc iation des Centraliens,ainsi qu’à la Fédération Nationales des Travaux Publics, Monsieur Pascal Lemoine et Madame Mottot.

Quelques sites Web méritent une mention particulière pour leur contribution au Patrimoine du génie civil, dont celui l’Unesco, celui de Structurae avec le concours de Nicolas Janberg, celui du Musée d’Orsay (fonds Eiffel), celui de l’Institut Français d’Architecture, celui de Wikipédia. On citera également des sites comportant de nombreuses images d’ouvrages dans les pays de l’ex empire colonial : Belle Indochine, Profburp Bertrand Bouret, Constantine d’hier et d’aujourd’hui Serge Gilard. Dans des pays étrangers, proches ou lointains, on notera l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Pr Brühwiller, Amigos del Tren au Chili, Urbanity en Espagne.

Ce document se place dans la suite la suite d’une étude antérieure, intitulée 25O ans de Patrimoine du génie civil en France, consultable sur le site de « Ingénieurs et Scientifiques de France » : http: //www.cnisf.org/upload/pdf/patrimoinegenciv.pdf .

Il a été réalisé dans le cadre d’un groupe de trava il d’IESF comprena nt Jean-Louis Bordes,Jean-Claude Charlot,Jean-François Coste,Noël Richet, Dominique Perchet,Georges Pilot, Lucien Pliskin,Bernard Raspaud,Jean-PaulTeyssand ier.

Nota : Remerciements également à JoséManuel Galligo pour son aide dans la mise au point des textes se référant à la langue espagnole.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :