via larousse

Médecin français (1793-1868).


Arrivé en Égypte en 1825, il y fonda le premier hôpital moderne, et mit en place une École de médecine (1827), afin de former des praticiens égyptiens et, bientôt, des professeurs aptes à assurer la pérennité de cet enseignement. Clot y voyait le meilleur moyen d’introduire dans les campagnes des mesures sanitaires préventives, de traiter les maladies qui y sévissaient, notamment les maladies endémiques, et d’étendre la vaccination antivariolique. La diffusion de ce système de soins, conduit par des médecins autochtones et non pas, comme dans la plupart des autres pays arabes, par des médecins de la colonisation, fut sans doute le résultat le plus tangible de son enseignement. Ses actions lui valurent le titre de Bey conféré par Méhémet-Ali (Muhammad ‘Alî).

Il étudia la peste (De la peste observée en Égypte, 1840 ; Leçon sur la peste d’Égypte et spécialement sur ce qui concerne la contagion de cette maladie, donnée à la Pitié, 1862 ; Derniers mots sur la non-contagion de la peste, 1866).

La collection d’objets qu’il rapporta de ses séjours en Égypte fut rachetée par la ville de Marseille.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :