Les Français (Zeldin 1983)
Parution : Fayard 04/05/1983, 526 pages

 

Theodore Zeldin

 » Monsieur Dupont, le Français type, est mort. Je le dissèque dans ce livre pour trouver la cause de son décès: c’est qu’on n’a plus besoin de lui.

 » Les individus deviennent de plus en plus différents les uns des autres. On a longtemps cru que, comme disait M. de Tocqueville, la démocratie ou les médias les rendraient progressivement semblables. Mais, à mesure que les choix se multiplient, chacun se fabrique une personnalité bien distincte, faite d’un mélange unique de fragments d’idées et de comportements puisés à des sources diverses; chacun est membre de plusieurs minorités. J’ai donc cherché les Français derrière les stéréotypes nationaux, régionaux, de profession, de sexes et de générations _ reliques d’une manière de penser dépassée. Les vraies frontières sont faites de nuances beaucoup plus subtiles. Le passeport authentique est la capacité de se moquer de ses propres marottes. « 


Theodore Zeldin
Theodore Zeldin, né le 22 août 1933 en Palestine mandataire, est un historien, sociologue et philosophe britannique.

Historien, Theodore Zeldin a passé trente ans de sa vie à étudier les Français. Il a publié une thèse de doctorat sur Napoléon III, une biographie d’Emile Ollivier, et une Histoire des passions françaises en cinq volumes. Professeur à l’université d’Oxford et doyen de St. Antony’s College (Institut de recherches internationales), il est actuellement fellow, poste qui lui permet de se consacrer à la recherche. Il travaille depuis quelques années à une vaste étude sur le passé et l’avenir du bonheur.

 

 

 

 

 


EXTRAIT


   Au XVIII siècle, la France était probablement le pays le plus riche du monde. Elle étonnait non seulement par sa supériorité militaire, mais par son luxe, sa littérature, son art. Sa langue avait remplacé le latin comme langue universelle. A l’exemple de l’empire romain, la France était pratiquement devenue synonyme de civilisation. Louis XIV avait été le Roi-Soleil. Napoléon réussit presque à soumettre l’Europe entière, plaçant ses parents ou ses maréchaux sur les trônes d’Italie, d’Espagne, de Suède et des Pays-Bas. A ce stade, être français représentait quelque chose de beaucoup plus profond que le simple fait d’être né en tel endroit du monde, et un patriote français n’était pas simplement un homme attaché à sa terre natale. Patriotisme signifiait plutôt dévouement au bonheur de l’humanité, à l’instauration des droits de l’homme. De ce fait, un patriote n’était ni un chauvin ni le serviteur aveugle d’un quelconque gouvernement, mais un citoyen d’Utopie, un homme universel. L’attrait qu’exerçait la France en Europe venait en partie de cette interprétation de sa mission : elle symbolisait la libération de l’humanité et aspirait à la création d’un type nouveau de communauté où gouverneraient la raison, les principes et l’altruisme.

   Ainsi la France occupa-t-elle alors une place comparable à celle que prendraient plus tard les Etats-Unis, refuge des hommes libres, source de possibilités inouïes, de richesse et d’idées nouvelles, jusqu’au moment où l’on se mit à l’accuser d’impérialisme et de ne pas mettre en pratique les idées qu’elle prêchait. Selon cette recette, un français était le produit de l’éducation, de l’idéalisme et de la générosité ; il se distinguait par une culture à laquelle chacun pouvait aspirer, et dans le monde entier des gens instruits considéraient la culture française comme s’il s’était agi d’une religion. Paris était leur Mecque. Mais cette recette ne marche plus. La France n’est plus une civilisation universelle. Sa culture s’est avérée trop élitiste pour l’époque démocratique, sa langue a lâché pied devant l’anglais. Être français selon cette conception, c’est un peu comme appartenir à un club existant de longue date, où les conditions d’entrée sont très particulières.


 zeldin, Théodore. Les Français. Librairie Arthème Fayard, 1983, p. 40-41

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :