La France. Notes d'un Américain recueillies et mises en ordre par A. de Rougemont, 1886

 

 télécharger le fichier

La France. Notes d’un Américain recueillies et mises en ordre par A. de Rougemont, 1886 (233 ko – 4 pages)

 

gallica


CHAPITRE XXI (pages 165 à 168)

PLACE ET MISSION DE LA FRANCE DANS LE MONDE.

XXI. Quels services la France a-t-elle rendus à l’humanité ? — Quelle influence exerce-t-elle ? — Et quelle est sa mission ? — Pourrait-on la remplacer ?

***

Un jour les bons bourgeois d’Athènes fatigués d’entendre appeler Aristide le juste, bannirent le philosophe de leur ville. Pour une raison non moins probante sans doute, il est des gens qui voudraient voir bannir la France … de la face de la terre : ce souhait a été exprimé plus d’une fois crûment, brutalement. Je ne vois pas trop ce que le monde gagnerait à ce qu’un si pieux désir se réalisât : il a peu gagné quand les Grecs de Platon et de Démosthène ont succombé à une coalition barbare.

Services rendus par la France à l’humanité. — C’est que la France tient une grande place et une place utile dans le monde ! « Il faut le reconnaître, dit un historien anglais d’une incontestable autorité, la France a été, et elle est encore à présent un des facteurs les plus éminents de la civilisation et du progrès humain. Dès son berceau elle a représenté dans le monde la doctrine de l’âme immortelle ; elle a sauvé l’Occident de l’Islamisme et par là elle a rendu possible la civilisation moderne. Cette noble mission, elle n’a cessé de la poursuivre à toutes les époques de l’histoire. Dans ce siècle même, de nos jours, nous avons vu la Méditerranée délivrée enfin de l’ignoble domination des corsaires algériens et rendue à la liberté et au commerce ; l’Afrique ouverte à la civilisation ; la Grèce, l’Italie arrachées au joug étranger; les Indes, le Japon, l’extrême Orient unis à l’Europe. Elle a prodigué son sang, ses forces, son argent, pour donner à l’humanité le bénéfice de sa belle devise : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. »

Le secret de l’influence de la France. — « La France, dit à son tour un des hommes les plus éminents d’Angleterre, est comme l’abrégé clair et lumineux de l’Europe. Sans doute elle possède en propre l’originalité la plus marquée ; mais on dirait aussi que c’est sa tâche spéciale de mettre en lumière et de purifier de tout alliage obscur ou encombrant les idées originales qui lui arrivent du dehors. Elle les rend ensuite à l’univers transformées, plus hautes, plus vigoureuses, plus fécondes ; en un mot elle leur donne cours dans le monde. Voilà pourquoi tant d’hommes illustres ont aimé la France : leur génie y retrouvait une seconde patrie. Et c’est là le secret de cette influence extraordinaire qui s’étend bien au-delà des frontières matérielles du pays ; elle est un foyer de lumière et de chaleur qui rayonne au loin. »

On a encore besoin de la France. — C’est l’expression d’une Américaine, femme de lettres distinguée et de grand esprit. « Il nous faut, dit-elle, ce génie ailé qui plane bien haut dans les airs ; il nous transporte à sa suite dans les régions éthérées, et nous y soutient, autrement nous retomberions lourdement pour nous traîner dans le terre à terre le plus misérable. Il nous faut la saveur piquante et originale du caractère français pour nous sauver de la banalité de l’esprit de boutique. A quel degré d’abaissement ne descendrions-nous pas, grands Dieux! si le monde perdait l’esprit, la verve, l’élan et l’entrain français ? Ce serait le signal du triomphe de la matière sur l’esprit. »

Qui la remplacerait? — Ces témoignages non suspects suffisent à faire comprendre quelle noble mission remplit la France et comme on se passerait difficilement d’elle. Dès que l’on parle de sciences, d’art, d’histoire, de littérature, de choses de l’intelligence, le nom de la France n’apparaît-il pas immédiatement ? Et peut-on supposer un instant le génie français absent de tout cela? Qu’on y songe seulement !

Cependant allons jusque là : la France est morcelée, démembrée ; elle a disparu. Donnons sa place à … à ses voisins naturellement. L’un nous enseignera le bon goût et la politesse, l’autre la générosité et le dévouement chevaleresque ; celui-ci la grâce et la délicatesse des sentiments, celui-là. . . Mais je m’arrête; ce serait offenser le bon sens que de pousser plus loin la supposition.

Non, non ! A qui considère les événements qui se sont passés dernièrement et les changements qui semblent se préparer pour un avenir prochain, il est clair que le rôle utile de la France n’est pas fini : son influence et son action s’exerceront plus que jamais autour d’elle et au loin pour l’avantage des peuples.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :