source : http://connaitrelawallonie.wallonie.be/

avenue Reine Astrid / place du Maréchal Foch – 4900 Spa

Monument au Maréchal Foch, réalisé par Pierre de Soete, 8 juillet 1932.

Belgique, Spa, Monument au Maréchal Foch – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam
Belgique, Spa, Monument au Maréchal Foch – © Photo Paul Delforge – Diffusion Institut Destrée © Sofam

Maréchal de France, Ferdinand Foch (1851-1929) a été le commandant en chef des troupes alliées sur le front de l’ouest durant la Première Guerre mondiale. Né à Tarbes, aux portes des Pyrénées, il fait ses études à Lyon, puis chez les Jésuites à Metz au moment où éclate la guerre de 1870. Chassé par les troupes allemandes, il achève ses études à Nancy, mais conserve un vif ressenti de la situation vécue alors. Engagé dans l’infanterie en 1870, il ne combat pas, mais reste dans l’armée en intégrant Polytechnique (1871), puis l’École supérieure militaire où il est nommé professeur (1895-1901). Chargé des cours d’histoire militaire, de stratégie et de tactique, il devient surtout l’un des théoriciens français de l’offensive, s’inspirant de Clausewitz et de Napoléon. En 1907, promu général de brigade, cet officier d’État-major prend le commandement de l’École de Guerre jusqu’en 1911, année où il est nommé général de division, avant d’être élevé au rang de général commandant de corps d’armée (1913). Quittant une vie parisienne trépidante pour commander le 20e corps d’armée de Nancy lors de l’attaque allemande d’août 1914, Ferdinand Foch prend une part active dans la bataille de Lorraine, dans celle de la Marne et dans la course à la Mer. Les multiples batailles qu’il commande alors sont l’occasion de mettre en application ses théories sur l’attaque à outrance et la contre-attaque. En 1914, elles se révèlent payantes, malgré les milliers de morts enregistrés dans les rangs français. Nommé commandant en chef adjoint de la zone Nord, aux côtés du général Joffre (octobre 1914), Foch tombe en disgrâce après les échecs répétés enregistrés en 1915 et 1916 ; il est relevé de ses fonctions dans l’armée du Nord (décembre 1916). Quand Lyautey devient le nouveau ministre de la Guerre, Foch est rapidement rappelé et affecté dans l’armée de l’Est, avant de s’occuper du front italien pendant plusieurs mois. Fin mars 1918, Foch se voit confier le commandement en chef du front de l’Ouest et la coordination des armées alliées, avec le titre de généralissime. Cette fois, le succès est au rendez-vous : les offensives des armées allemandes sont bloquées au début de l’été et c’est en tant que maréchal de France qu’il mène l’offensive générale qui contraint l’Allemagne à demander un armistice. L’homme de la victoire de 1918 est élevé à la dignité de maréchal du Royaume-Uni et de Pologne et est élu à l’Académie française. En 1919, il devient le président du Conseil supérieur de la Guerre. Couvert de décorations jusqu’à son décès en 1929, le maréchal Foch a donné son nom à des dizaines de lieux en France comme à l’étranger ; nombreux sont aussi les monuments en son honneur, souvent de grande taille, comme c’est le cas à Spa.

Signataire de l’acte d’Armistice à Rethondes, le maréchal a suivi de près les négociations des traités de paix (1919-1921). Il eut dès lors plusieurs occasions de se rendre à Spa pour des réunions de Commissions et pour la Conférence de Spa qui s’y tint en 1920. Il eut de nombreux entretiens avec le plénipotentiaire allemand Erzberger. Quelques mois après le décès du « vainqueur de 14-18 », les autorités spadoises décident de lui consacrer un monument. Elles confient sa réalisation à Pierre de Soete (1886-1948), à la fois médailleur et sculpteur bruxellois.

Mis au travail dès l’âge de 8 ans, de Soete a fait « mille métiers » avant de se retrouver dans l’atelier de polissage de la Compagnie des Bronzes à Bruxelles (1900). « Promu » à l’atelier des monteurs, il voit passer entre ses mains des sculptures des Dillens, Meunier et autre Jef Lambeaux. Autodidacte habile et observateur, il veut devenir sculpteur, s’aidant d’une brève initiation au dessin à l’Académie de Molenbeek. En 1911, une fonderie de bronze d’Anderlecht lui confie la direction de l’un de ses départements, mais ni ses nouvelles fonctions ni la Grande Guerre ne le détournent de sa passion pour la sculpture. Sollicité au sortir de la Grande Guerre à la réalisation de monuments aux victimes du conflit mondial, il se consacre exclusivement à la sculpture à partir de 1924 ; deux ans plus tard, le monument aux héros de l’Air de 14-18 (porte Louise à Bruxelles) constitue sa première réalisation majeure. Désormais, il répond aux commandes officielles (bustes, médailles, portraits), tout en poursuivant une œuvre personnelle faite d’œuvres de petite taille d’inspiration très variée, parfois fort originale, dans un style très classique. Signataire de quelques monumentales réalisations publiques faisant penser à la statuaire officielle des régimes autoritaires des années 1930, il clamait n’appartenir à aucune école, à aucun cénacle, et n’avoir que sa conception personnelle comme guide. Auteur d’effigies pour l’industrie automobile (Minerva, Ford), il est aussi celui qui signe le monument demandé par le bourgmestre de la ville de Dinant, Sasserath, pour commémorer les martyrs civils de 1914, à la fois ceux de Dinant et tous ceux de la Belgique (estimés alors à 23.700). Présenté au début des années 1930, son premier projet est à la fois assez complexe et gigantesque. Il s’articule autour d’une main géante, levée vers le ciel, signifiant que, sur l’honneur, les Dinantais jurent qu’aucun franc-tireur n’a tiré sur les soldats allemands. La commission qui entoure le bourgmestre libéral fait quelques suggestions à l’artiste qui simplifie son œuvre. Inaugurée en août 1936 sur la place d’Armes, l’œuvre définitive, intitulée Furore Teutonico, se présente sous la forme de deux doigts levés (le majeur et l’index), le pouce étant replié vers l’annulaire et l’auriculaire. L’ensemble du monument reste considérable : 25 mètres de large, près de 10 mètres de haut. Après la Campagne des 18 Jours de mai 1940, des Panzers s’empresseront de détruire ce monument qui ne sera jamais reconstruit.

Moins polémique en apparence, le monument Foch que Pierre de Soete réalise à la même époque résistera quant à lui au temps. Contrairement au monument dinantais, son inauguration, en juillet 1932, n’est pas boycottée par les autorités officielles. Ce vendredi-là, à Spa, le prince Léopold et « la » Maréchal sont aux premières loges, parmi les autres personnalités, pour dévoiler la statue en pierre de France qui représente le vainqueur de 14-18. Elle résistera à la période agitée de 40-45 et continue de constituer, à l’une des entrées de Spa, le monument le plus spectaculaire de la ville thermale. En commandant cette statue, les autorités spadoises voulaient commémorer les nombreuses visites du maréchal Foch à Spa entre la fin de 1918 et 1920.


http://connaitrelawallonie.wallonie.be/fr/lieux-de-memoire/foch-ferdinand-marechal-de-france#.XbRW_tVpyUl

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :