Entretiens et témoignages/x----Chili

Entretien avec S.E.Mme Pilar Armanet, Ambassadeur du Chili en France | La lettre diplomatique

via lalettrediplomatique.fr/


EXTRAIT DE L’ENTRETIEN


L.L.D. : Témoignant des affinités culturelles entre le Chili et la France, la Présidente Michelle Bachelet s’est rendue au cours de sa visite en France, à Chassagne-Montrachet en Bourgogne, où a vécu son arrière grand-père. Au-delà de sa propre histoire, pouvez-vous nous expliquer la spécificité des liens qui unissent les deux pays ?

S.E.MmeP.A. : La France a toujours été présente dans la construction de notre identité en tant que nation. Notre idéal républicain a été inspiré par les grands philosophes français qui nous ont montré les chemins de la liberté, de l’égalité et de la fraternité ; leur empreinte s’est exprimée à travers nos institutions naissantes.

Le code civil de Napoléon Ier apparaît ainsi en Amérique latine comme le symbole de la Révolution, le produit du Siècle des Lumières. L’adoption d’un code civil à l’image du modèle français représentait pour les nouveaux Etats de la région une manière d’affirmer leur indépendance. Témoignant de cette influence, le projet de préambule du Code civil chilien élaboré par Andrés Bello et qui fut envoyé devant le Congrès, mentionnait à cinq reprises le code Napoléon.

Ce code, en vigueur pendant 150 ans, compte tant d’aspects essentiels qu’il nous a fallu consacrer beaucoup d’efforts afin d’introduire les réformes indispensables permettant de prendre en compte l’évolution actuelle de la société. Ceci est particulièrement vrai pour ce qui est de l’intégration de la femme en tant que sujet de droit, à l’égal des hommes.

L’apport de la France s’est révélé remarquable dans le domaine de l’éducation : de grands savants, tels Claude Gay, Laurent Sazie ou Estéban Chanvoux ont jeté les bases de la connaissance en matière de sciences de la vie, de médecine et d’ingénierie mathématique.

Notre architecture a aussi bénéficié de l’influence française, avec le Musée des Beaux Arts, l’Eglise San Marcos de Arica ou encore le viaduc de Malleco qui fut construit par une grande entreprise française à l’issue de l’un des premiers appels d’offres internationaux lancés par notre pays. Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres que je pourrais citer.

Tout au long de notre histoire, nous pouvons retrouver l’empreinte de la France – même s’il est juste aussi de mentionner celle d’autres pays – dans toutes les disciplines ainsi que dans les domaines social, économique et politique.

Notre société s’est construite avec les apports de cette présence française, soit par l’intégration d’immigrants français dans notre patrie, soit par des échanges croissants d’idées, notamment à travers la littérature, qui ont toujours trouvé un écho particulier dans notre pays.

> Lire l’entretien dans son intégralité :

http://www.lalettrediplomatique.fr/contribution.php?id=39&idrub=177#

%d blogueurs aiment cette page :