l'influence française en Russie au XVIIIe siècle (Poussou, collectif 2004)
Réunis par Jean-Pierre Poussou, Réunis par Yves Perret-Gentil, Réunis par Anne Mézin. ISBN : 978-2-72040-392-7 – Date de publication : 01/01/2004 – Format : 16 x 24 cm – Nombre de pages : 736 – Informations : 16 pl. noir et blanc, 4 pl. couleur. Ouvrage co-édité par le Centre Roland Mousnier, l’Institut Slaves et les PUPS

 

LOGO GOOGLE PREVIEW

 

Jean-Pierre Poussou. Jean-Pierre Poussou incarne l’universitaire français dans toute sa plénitude, à la fois chercheur de renom – sa thèse d’État Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle demeure un classique de l’histoire démographique autant par ses résultats que par sa méthode –, enseignant d’un immense dévouement – ses cours et ses séminaires à l’université Michel de Montaigne (Bordeaux 3) puis à l’université Paris-Sorbonne ont marqué des générations d’étudiants –, enfin administrateur d’une compétence indiscutée – il fut, en particulier, recteur de l’académie de Bordeaux et président de l’université Paris-Sorbonne.

l'influence française en Russie au XVIIIe siècle (Poussou, collectif 2004)_verso.jpg


Résumé du livre

« Les Français sur les rives de la Néva et les Russes sur les bords de la Seine » (Anthony Cross) : l’influence française en Russie est une onde qui se propage. Elle est présente tant dans les domaines politique et artistique qu’économique. La médiocrité des liens commerciaux entre la France et la Russie n’empêche pas l’importance des rapports artistiques ni l’éclat littéraire français au pays des tsars. Quels enjeux européens pour la Russie au XVIIIe siècle ?


EXTRAIT

« Une collaboration fructueuse »

Avant-propos de Sylvain Menant (p. 15-16)


 

Si la Russie a pu apparaitre au xviiie siècle comme un débouché pour le commerce français et comme un pays d’immigration ou de refuge pour les Français, les relations entre les deux pays ont surtout concerné les idées, les livres, les arts. Les épisodes les plus connus de ces relations sont le voyage de Diderot à l’invitation de Catherine II, le séjour fécond de Falconet ou de Mme Vigée-Lebrun en Russie, la rédaction par Voltaire d‘une grande Histoire de L’Empire de Russie sous Pierre Le Grand et l’achat de sa bibliothèque par la tsarine. Cette bibliothèque, encore conservée à Saint-Pétersbourg, est aujourd’hui considérée par les chefs des deux États comme un symbole de leurs échanges culturels séculaires. Mais, au-delà de ces faits si marquants, des liens intellectuels et artistiques multiples ont uni les élites des deux pays, favorisés par la connaissance et I‘usage du français dans la noblesse russe et par l‘hégémonie littéraire que la France exerce en Europe pendant une grande partie du xviiie siècle. Rencontres et correspondances nourrissent un intérêt mutuel, alimentant un « mirage russe » chez les philosophes français, comme un mythe français en Russie. Il n‘est pas possible de comprendre l‘ensemble de la production littéraire française des Lumières sans approfondir les relations franco-russes du temps.

C’est pourquoi le Centre d‘étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles de l’Université Paris-Sorbonne s’est très volontiers associé à l’initiative du professeur Jean-Pierre Poussou, du Centre Roland-Mousnier et de l’Institut de recherches sur les civilisations de l’Occident moderne, organisateurs d‘un colloque sur l‘influence française en Russie au xviiie siècle. Le Centre d‘étude de la langue et de la littérature françaises des xviie et xviiie siècles et le Centre Roland-Mousnier sont tous deux des unités mixtes de recherche du CNRS : ils voisinent à la Sorbonne sur le même palier et pratiquent tout naturellement la complémentarité disciplinaire. Dans le cas présent, la participation de notre Centre de recherches et la rencontre de mars 2003 est d’autant plus heureuse qu’elle s’inscrit dans une suite déjà longue de rencontres avec les chercheurs russes. Sans remonter aux missions historiques du regretté René Pomeau, un des membres fondateurs de notre Centre, dans les bibliothèques de Moscou et de Leningrad au temps de la guerre froide, nous avons organise en 2002 a la Sorbonne un colloque sur les livres de Voltaire conserves a Saint-Pétersbourg, et plus précisément sur les annotations dont l’écrivain couvrait les marges de beaucoup d‘entre eux; un groupe de spécialistes est venu de Russie a cette occasion. Tout récemment, en juin 2003, l’inauguration d’une salle Voltaire a la Bibliothèque nationale de Russie a été l’occasion d’une journée de travail franco-russe à Saint-Pétersbourg, clôturée par les deux Premiers ministres, à laquelle ont participé plusieurs chercheurs de notre Centre. Ces échanges suivis et fructueux s’appuient sur des projets scientifiques a long terme: l’édition des Œuvres complètes de Voltaire, publiées à Oxford mais préparées pour une large part par nos chercheurs, ou celle des œuvres complètes de Diderot, publiées chez Hermann, et assurée par une de nos équipes depuis l’origine. Cette équipe achève actuellement un volume qui regroupe les écrits de Diderot liés à la Russie. La plus récente édition de ces textes si importants pour mesurer l‘influence de la France en Russie au xviiie siècle, éditée chez Robert Laffont, est due à un membre éminent de notre UMR, le professeur Laurent Versini. Enfin, le professeur François Moureau donne évidemment sa place à la Russie dans les recherches sur la littérature de voyage à laquelle se consacre l’équipe qu’il dirige.

La littérature française a rencontré en Russie au xviiie siècle un publie passionné, ouvert, qui a admirablement compris et senti ce qu’on appelait l’esprit français: l’influence des idées des Philosophes n’est qu’une part, peut-être mineure, de ce qu’ont apporté les livres des écrivains français. Les auteurs les plus lus et les plus appréciés ne sont pas toujours ceux que nous considérons aujourd’hui comme les plus importants, ni ceux qui ont rencontré en France la plus large audience. Un vaste champ de recherches s’ouvre aujourd’hui: l’inventaire méthodique des livres français et des traductions dans les fonds russes en constitue l’un des aspects les plus prometteurs.

Sylvain MENANT

Université Paris Sorbonne

Directeur du centre d’étude de la langue

Et de la littérature française des XVII° et XVIII° siècles

 


Table des matières

Avant-propos par Jean-Pierre Poussou

Présentations : Pierre Gonneau, Le miroir russe

Sylvain Menant, Une collaboration fructueuse Francis Conte, Le rôle des hommes

I. LES RAPPORTS POLITIQUES, ARTISTIQUES ET ECONOMIQUES DE LA RUSSIE AVEC LA FRANCE AU XVIIIe SIECLE
  1. Les enjeux politiques.

La diplomatie Lucien Bély, Quels enjeux européens pour la Russie au XVIIIe siècle ?

Francine-Dominique Liechtenhan, La politique européenne d’Élisabeth Ire Lucien Bély, Catherine II et la ligue des Neutres

Pierre-Yves Beaurepaire, Les relations maçonniques franco-russes au XVIIIe siècle d’après le Journal du diplomate

Bourrée de Corberon Claire Béchu, Les ambassadeurs français en Russie au XVIIIe siècle : brève présentation.

  1. La médiocrité des liens commmerciaux

Richard Hellie, Le commerce russe dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (1740-1810)

Jean-Pierre Poussou, Les échanges commerciaux entre la France et la Russie au XVIIIe siècle

Anne Kraatz, La Compagnie française de Russie

  1. L’importance et l’ambiguïté des rapports artistiques

Madeleine Pinault-Sørensen, L’expansion de l’art français en Russie au XVIIIe siècle : Étienne Maurice Falconet et la statue de Pierre le Grand

Marie-Liesse Pierre-Dulau, Trois artistes lorrains à Saint-Pétersbourg au XVIIIe siècle

II. L’ECLAT LITTERAIRE DE LA FRANCE DES LUMIERES EN RUSSIE
  1. Exemples de rapports culturels

Françoise Bléchet, Les prémices d’une République des Lettres franco-russe de 1717 à 1740

Nikolaï A. Kopanev, Le libraire-éditeur parisien Antoine Claude Briasson et la culture russe au milieu du XVIIIe siècle

Vladimir A. Somov, Le livre français en Russie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

  1. Autour de Voltaire et de Diderot

Sylvain Menant, Les relations de Voltaire avec la Russie : une stratégie d’influence.

Piotr R. Zaborov, Voltaire en Russie avant et après la Revolution française Laurent Versini, Diderot et la Russie

Olga B. Kafanova, La réception de l’oeuvre de Marmontel en Russie

  1. De l’influence de la culture française

Jean Breuillard, Trediakovski (1703-1769)

Stéphane Viellard, Phraséologie et Idée nationale : l’incidence de l’oeuvre de Gabriel-Nicolas Le Clerc sur la réflexion identitaire en Russie à la fin du XVIIIe siècle

Andreï L. Reïman, Jean-Jacques Rousseau et l’art paysager russe

III. LE VOYAGE EN RUSSIE AU XVIIIe SIECLE

André Berelowitch, Les origines du capitaine Margeret

François Crouzet, De Paris à Yalta en 1837

Pierre Gonneau, L’étape de Â- Troitza Â- dans la découverte de la Russie par les voyageurs français

Julie Ollivier-Chakhnovskaia, Les conditions matérielles du voyage en Russie vues par les voyageurs français sous Catherine II et Paul Ier (1762-1801)

Anthony Cross, Les Britanniques et le voyage au Nord (Northern Tour) Madeleine Pinault-Sørensen, Impressions de voyages d’artistes français en Russie au XVIIIe siècle

IV. L’EMIGRATION FRANÇAISE ET LA RUSSIE

Catherine Boppe-Vigne, Émigrés français de Constantinople en Russie pendant la Révolution française

Frédéric d’Agay, L’armée de Condé et la Russie : 1797-1798

Jean Breuillard, Héraclius de Polignac et quelques aspects de l’occupation russe de 1816-1818 en France

Anita Davidenkoff, Xavier de Maistre, la Russie, et Pouchkin

Dimitri A. Goutnov, Fredéric Villers entre deux France : un émigré royaliste chef de la police de Napoléon à Moscou

Madeleine du Chatenet, L’amiral Jean-Baptiste de Traversay (1754-1831), ministre de la Marine du tsar Alexandre Ier: de l’influence de la marine française sur la marine russe.

V. LES RAPPORTS SCIENTIFIQUES, TECHNIQUES ET MILITAIRES ENTRE LA RUSSIE, LA FRANCE ET L’EUROPE OCCIDENTALE AU XVIIIe SIECLE

Marie-Anne Chabin, L’astronome français Joseph-Nicolas Delisle à la cour de Russie dans la première moitié du XVIIIe siècle

Dimitri et Irina Gouzévitch, La Russie et la culture technique française : quelques exemples de circulation des idées

John Keep, Le comte de Langeron et le développement de la connaissance des armées russes par les Français

Sophie de Lastours, Note sur les carrières d’officiers français en Russie au XVIIIe siècle.

Alexandre Stroev, Les espions français en Russie durant la guerre entre la Russie et la Turquie (1768-1774)

VI. LES COMMUNAUTES OCCIDENTALES EN RUSSIE

Anthony Cross, Les Britanniques sur les bords de la Néva

Sophie Hasquenoph, L’influence de la communauté catholique en Russie au XVIIIe siècle

Marie Martin, Montbéliard et la Russie, 1750-1917 Anne Mézin, Une vue générale de l’immigration française en Russie au XVIIIe siècle

Vladislav Rjéoutski, L’assimilation dans l’histoire de la communauté française en Russie dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

Ludmila A. Pimenova, Les Allemands en Russie au XVIIIe siècle (essai de synthèse) Index des noms de personnes et de lieux

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s