L_influence française dans les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège au temps de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau
Ed. Roland Mortier, Hervé Hasquin, Collection Etudes sur le XVIIIe siècle, 1980, ISBN: 2-8004-0712-3, 200 pages + 16 pages d’illustrations, Actes de colloque

 

Télécharger les Actes (220 pages)

Télécharger en PDF


Tables des matières

Fr. Souchal : L’influence française dans l’architecture des Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège au XVIIIe siècle ; M. Frédéricq-Lilar : Les influences sur l’oeuvre de P.N. Van Reysschoot ; P. Foriers : L’influence française dans l’illustration de la porcelaine de Tournai ; P. De Zuttere : Charles Le Clercq, peintre bruxellois méconnu (1753-1821) ; D. Jozic : François-Charles de Velbruck, prince-évêque francophile. Aperçu de l’influence de la France sous le règne d’un prélat éclairé (1772-1784) ; P.-M. Gason : Théorie et pratique poétiques à Liège en 1778 : l’hommage de Saint Péravi à Voltaire et Rousseau ; M. Mat-Hasquin : Les influences françaises dans l’oeuvre de l’abbé Duval-Pyrau ; J. Smeyers : Voltaire dans la littérature néerlandaise des Pays-Bas autrichiens ; R. Trousson : L’abbé F.-X. de Feller et les « Philosophes » ; C. Bruneel : La diffusion du livre français à l’université de Louvain (1765-1777) ; H. De Schampheleire : Verlichte lectuur te Antwerpen en Parijs in de 18e eeuw. Een comparatief quantitatief leesonderzoek naar Voltaire, Rousseau en de « Encyclopedie». (La lecture des Lumières à Anvers et à Paris au XVIIIe siècle. Un examen comparatif et quantitatif de la diffusion de Voltaire, de Rousseau et de l’Encyclopédie) (résumé français) ; L. Dhondt : De l’influence des Lumières dans le comté de Flandre à la fin de l’ancien régime ; N. Haesenne-Peremans et P. Delbouille : La présence française dans les bibliothèques liégeoises au XVIIIe siècle ; H. Hasquin : Le français à Bruxelles entre 1740 et 1780. Premier essai de quantification.


Allocution prononcée par M. le Recteur FORIERS lors de la séance d’ouverture du colloque sur l’influence française dans les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège au temps de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau (1730-1778), le 2 juin 1978

Monsieur le  Président,

Mes chers Collègues,

Mesdames,  Messieurs,

 

Le Groupe  d’Etude  du  XVIIIe siècle  et  le  Centrum  voor  de  Studie  van  de  Verlichting  se  sont  retrouvés  dans  un   fraternel  coude  à  coude  pour  organiser  le  colloque  sur  l’influence  française  dans  les  Pays-Bas  autrichiens  et  la  Principauté  de Liège  au  temps  de Voltaire et  Jean-Jacques  Rousseau

C’est   dire   qu’à   la   joie   très  profonde   que   j’éprouve   toujours,    en  qualité   de  Recteur,  d’accueillir  dans  cette  Maison  des  hommes  et  des  femmes  passionnés  par  un  commun  souci  scientifique,   s’ajoute  celle  de  le  faire  au  nom  de  deux  Universités  sœurs  et  d’apporter  de  la  sorte  des  vœux  communs  pour  cette  rencontre

     Dès  mon  adolescence,   j’ai   été   intrigué   par   la  conjonction, semble-t-il nécessaire, que  l’on  établit  entre  Voltaire  et  Rousseau.  Ils  vont  de  pair  dans  les  anthologies  bien que l’on n’hésite   jamais  à  dire  que   Voltaire   remplit   tout   son   siècle, auquel du reste il a donné   son   nom.   Que  reste-t-il   donc   à  Jean-Jacques   si   son  compagnon  prend  de  la  sorte   tant  de  place  ?  La  nature  sans  doute  et  la  poésie,  une   certaine  conception   de  l’homme et  de  la  démocratie,   ce   n’est   pas   peu   tout compte  fait.  Il est vrai  que  Goethe  a  dit  qu’avec  Rousseau,  c’est  un  monde  nouveau  qui commence.

Peut-être  pourrait-on  voir  dans  Voltaire  l’encombrant  occupant  du  XVIIIe,  dans Rousseau  l’authentique   initiateur   du   XIXe.  Je crois   qu’effectivement  son   message nous est  resté proche  du  cœur  tandis  que si l’année  de  sa mort  on  couronne  en  scène le  buste  d’un   Voltaire   encore  bien  vivant  et  même   revivifié  par  cette  apothéose, son  destin  ultérieur  nous  touche  bien  moins  somme  toute. A  la  différence  de  son compagnon il n’est  pas  vêtu  de lin candide  et n’est guère  aimé.

     Je  relisais,   il  y  a  quelques  heures,   Joseph   De  Maistre:  il  détestait  le  sage  de  Fernay.

     « N’avez-vous   jamais  remarqué  que  l’anathème  divin  fut  écrit  sur  son  visage. Après  tant  d’années,  il  est  temps  encore  d’en  faire  l’expérience.  Allez  contempler  sa  figure  au  Palais  de  l’Ermitage ».  Et  encore  : « Ne  me  parlez  pas  de  cet  homme, je  ne puis  en  soutenir  l’idée . Ah  qu’il  nous  a  fait  du  mal ! Semblable  à  cet  insecte,  fléau  des  jardins  qui  n’adresse  ses morsures  qu’à  la  racine  des  plantes  les  plus  précieuses,   Voltaire   avec   son   aiguillon   ne   cesse   de   piquer   les   deux   racines   de   la société,  les  femmes  et  les  jeunes  gens  … ».  Je  vous  fais  grâce  de  la suite  des  soirées de  St-Pétersbourg !

Voltaire   a,  au   surplus,   tous   les   romantiques   à   ses   trousses.  Faut-il   rappeler Rolla  ?

     Au contraire  la chance  continue  à  favoriser  Jean-Jacques  puisque  votre  colloque,  Mesdames  et  Messieurs,  notre  colloque,  fixe  la  période  à  scruter  de  1730  à  1778, ce qui n’enlève  que dix-huit ans à  Rousseau  pour  trente  six  à  Voltaire.

     Jean-Jacques  est  en   1 730 au  plus  pur  de  sa  jeunesse,  expédié  par  Madame  de Wavrans  parmi  les  catéchumènes  de  Turin,  faisant  ensuite  tous  les  métiers,  tandis que  Voltaire  au  plein   de  sa  force  a  déjà  trouvé  le  secret   de  faire  produire  à  sa Henriade  150.000 livres  dont  on  dit  pudiquement  qu’elles  lui  assuraient  son  indépendance  d’écrivain.   Indépendance,   en  effet,   lorsque  l’on  songe  qu’on  payait  les  plus  beaux  feux  du  monde  sept  cent  soixante  livres  et  le  reste  à  l’avenant.  On croit dès  lors  volontiers  que  le  produit  de  la  Henriade  lui  assurait  la  liberté.

     Certes,  Rousseau  est  peu  nanti,  mais  il  est  rêveur  et  capable  de  bonheur,  tandis  que  Voltaire  est   ricanant   et  peu   enclin  à  la  joie.   Et  pourtant,   ils  vont   ensemble, depuis  deux  siècles,   Voltaire  à  gauche,   lui  le  richissime,   Rousseau  à  droite,  lui  le  gagne-petit,  en  pied,  en  buste,  sur  socle  ou  sur  colonne.

     Là  aussi,  semble-t-il,  un  sort  funeste  poursuit  Voltaire.  Moi-même  je  l’ai  abandonné  en bronze  fort  joliment ciselé  pourtant,  car  la canne  sur  laquelle  il  s’appuyait fuyait sa  main  décharnée au moindre mouvement.

Faut-il   dire   que   ces  considérations   n’enlèvent   rien   à   l’extraordinaire   ferveur que  je porte  au  jeu  spirituel  qu’ils  animèrent  l’un  et  l’autre pendant  toute  leur  vie  ? Consacrer  un  colloque  à  l’influence  française  au  temps  de  Voltaire  et  de  Rousseau,   c’est  orienter  le  sens  des  travaux  ou  les  mettre  en  tout  cas  dans  un  éclairage  particulier puisque  nous aurions pu  sinon  faire référence à Louis XV.

1730,  Louis  le  Bien-Aimé  a  20 ans.   1778,  il  est  mort  depuis  à  peine  quarante huit  mois.  Mais  c’eut  été présenter  les  choses  dans  une  toute  autre  perspective.

Louis  XV  n’a  pas  d’inquiétude  et  peu  de  préoccupations  métaphysiques  tout  au plus quelque   timidité.   La  France  en  plein   changement   est  heureuse   même  s’il  lui manque  une  certaine  forme  de  liberté. Elle ne  connait  « pas  d’invasion,  pas  d’occupation  du  territoire  national  par  l’ennemi,  pas  de  villes  saccagées,  pas  de  villes détruites,  pas  de  civils  massacrés,  pas  de  ces  effroyables  hécatombes  qui  ont  marqué les  dernières  guerres.  Une  courte  incursion  des  Autrichiens  dans  le nord  de l’Alsace,  vite  repoussée;  une  pointe  des   Piémontais  en  Provence,  arrêtée  devant Toulon et  terminée  en  débacle  ;  une  tentative  de  débarquement  anglaise  près de Saint-Malo, qui   échoua   par  la  vigilance   du   Duc   d’Aiguillon  et  le  mordant   des milices locales.   C’est   tout» comme   écrira   Pierre   Gaxotte.   Pas  de  troubles intérieurs  non plus,  quelques  grèves  sans  doute  mais  à  peine,  la  paix,  la  sécurité  même, car   après  l’aventure  de  Law,   le  franc  stabilisé  en   1726 ne  bougera  plus  jusqu’aux assignats  révolutionnaires,  c’est-à-dire  vingt  ans  après  la  mort  de  Louis  XV.

Non  seulement  la  France  apparaît  alors  à  tous  comme  forte,   bien  gouvernée,  mais  elle  sert  d’exemple  et  donne  consultation  aux  autres  nations  sur  toutes  choses même  les  plus  inattendues.  Marie-Thérèse  ne  devait-elle  pas  demander  à  Louis  XV de  lui  faire  tenir  un  mémoire  détaillé  sur  la  façon  dont  était  organisée  la  police parisienne,  tant  celle-ci  se révélait  efficace  ?

Voltaire  et  Rousseau  apportent  dans  tout  cela  un  esprit  nouveau  et   par  conséquent  le  contrepoids  d’une  autre  puissance.  Louis  XV  les  trouve  difficiles  à  vivre, sans  se  troubler  outre  mesure  d’ailleurs.  Voltaire,  au  sommet  de  sa  gloire,  assassine les  intendants  et  les  ministres  de  demandes  de toutes  sortes,  dégrèvements  d’impôts,  franchise   postale,     privilèges   de   juridiction   et   d’importation, il  obtient   tout   mais  non  de souper  avec  le Roi.

Rousseau  est  plus  modeste  et  moins  tenace,  mais  il  exalte  une  certaine  image anticipative  de  la  France,  car  la  France  sous  cette  forme  aussi  se  vend  bien  et  ses philosophes   également.   C’est   l’histoire   de   cette   influence   que   vous   allez   étudier  aujourd’hui,   cette  influence  d’autant  plus  grande  que  la  France  et  les  Pays-Bas  se jouxtent,  que  les  mouvements  de  va-et-vient  sont constants.

J’ai  rappelé  l’an  dernier  Jean-Charles  Oudry  et  Pierre  Legendre  comme  témoins de   l’influence   picturale   française  dans  nos  provinces  et  Voltaire  comme  ambassadeur   bien   malgré   lui   des   lettres,   pendant   les   trois   années   où   il   enrage   d’être à Bruxelles tandis  qu’il  achève  Mérope et Mahomet.

Mouvement des hommes, mouvement des idées. La route du Nord était frayée et elle ne cessera plus d’être l’avenue qui unit nos deux pays

J’ai lu avec infiniment d’intérêt le programme de vos travaux, avec une certaine émotion aussi quand j’ai vu que, me prenant au mot, le Président Mortier m’avait prié de vous parler de l’influence française dans le décor de la porcelaine de Tour­nai. C’est un sujet mineur sans doute mais qui est éclairant.

Dans les œuvres de Dewez, architecte de Charles de Lorraine, dans cette place Royale dont notre Collègue Martiny nous a dit un jour qu’elle était la plus fran­çaise de nos places.

Dans l’orfèvrerie, où les Franc sont natifs de la Principauté de Liège vont faire leur écolage à Paris et en rapportent une moisson généreuse, où les Foncé de Mons, et surtout Claude Louis, s’assimilent si bien le goût français que morphologique­ment on pourrait s’y méprendre et que seule la technique -argent coulé et ciselé en France argent écroui aux Pays-Bas -permet une facile distinction, où le Maître d’Audenarde signant d’une aigle bicéphale a toute l’élégance d’un maître de l’Ile de France.

Dans la porcelaine de pâte tendre dont Nicaise il y a plus de quarante ans, relevait déjà l’origine française et qui est toute imprégnée de modèles, de décors et de réminiscences des manufactures de Saint Cloud, Mennecy, Vincennes et Sèvres.

Dans tout le reste au surplus.

Vous en serez, j’en suis sûr, encore plus convaincus à l’issue de votre quête qui permettra une merveilleuse synthèse et apportera de nouvelles sources de réflexion sur un thème inépuisable. Par delà les influences vous aurez aussi l’occa­sion de déceler les singularités, l’apport original de notre propre sensibilité et tout l’enrichissement qu’elle apporte à un si rayonnant présent.

Aussi ne voudrais-je pas allonger votre attente et vous prie dès lors, sans plus tarder, de commencer vos travaux en vous demandant de m’excuser de ne pas l’avoir fait plus tôt.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :