Pétra retrouvée Voyage de l’Arabie Pétrée, 1828.jpg
Broché – 4 juillet 1997 de Léon de Laborde (Auteur), Pascale Linant de Bellefonds (Introduction), Christian Augé (Introduction)

 » Un rêve de pierre « ,  » La rose des sables « ,  » Une cité de titans dans un monde lunaire « , les mots manquent pour décrire Pétra, l’un des sites les plus spectaculaires et les plus fascinants de tout le Moyen-Orient. Succession de sanctuaires, accumulation de tombeaux taillés dans la roche, creusée, évidée en façades monumentales, l’antique cité gît au creux d’un massif chaotique de grès pourpre et or, innervé d’entailles gigantesques. Fabuleux décor de théâtre où se rencontrent l’Orient arabe et l’Occident gréco-romain, cette place forte sans muraille pratiquait si bien l’art du camouflage qu’elle finit par disparaître de la mémoire des hommes à l’aube du Moyen Age. La capitale des Nabatéens – peuple surgi des sables de l’Arabie, dont la civilisation connut son apogée au 1 » siècle av. J. C. – ne fut redécouverte qu’en 1812 par Burckhardt. Le voyageur suisse fut en effet le premier à emprunter l’impressionnant défilé du Sîq et à déboucher, stupéfait, sur l’extraordinaire façade du Khazneh Firaoun, le monument le plus célèbre du site. Mais le court récit de Burckhardt passa quasi inaperçu et il fallut attendre seize ans pour que deux Français, Léon de Laborde et L. M. A. Linant de Bellefonds, fassent ressurgir d’une longue nuit de douze siècles le monde mystérieux de la cité de pierre. Au cours d’un voyage de deux mois écourté par la menace d’une épidémie de peste, ces deux personnages hors du commun atteignirent la ville par le Sinaï et Aqaba. Malgré l’insécurité qui régnait dans la région, ils parvinrent, en six jours, à recueillir une belle moisson de renseignements sur les Nabatéens et à dessiner de nombreux monuments. En 1830, Laborde publiera le présent ouvrage, le fameux Voyage de l’Arabie Pétrée, passionnant récit d’une aventure peu ordinaire au coeur du désert où s’illustrera, près d’un siècle plus tard, Lawrence d’Arabie. Les 32 gravures consacrées à la cité de pourpre – rééditées ici dans leur intégralité – en font la première description illustrée de Pétra.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :