via francearchives


Gilles Personne (ou Personier) de Roberval,Roberval, près de Senlis (?), 1602 – Paris, 27 octobre 1675

Auteur du texte : Halleux, Robert

 

Recueil 2002

personier_2
balance  » Roberval  » © CNAM, Musée des arts et métiers / Studio CNAM

Éclipsé dans l’historiographie par Fermat, Pascal ou son grand adversaire Descartes, Roberval n’a guère laissé à la mémoire collective que le modèle de balance qu’il soumit le 21 août 1669 à l’Académie royale des sciences. Depuis le colloque organisé en 1975 pour commémorer le tricentenaire de sa mort, les travaux de Kokiti Hara, de Pierre Costabel, d’Alain Gabbey, de Jean Dhombres, de Vincent Jullien ont ramené à la lumière un esprit  » pointilleux et opiniâtre  » qui fut un des premiers géomètres de son temps.

Né probablement en 1602 aux environs de Senlis, dans un milieu humble, Roberval s’instruisit lui-même, un peu partout en France, et gagna son pain en donnant des leçons. En 1628, il vint à Paris et fut admis dans le cercle savant groupé autour du Minime Marin Mersenne. Il y côtoya Mydorge, Claude Hardy, Etienne et Blaise Pascal. En 1632, il enseignait la philosophie au Collège de maître Gervais et, le 24 juin 1634, il remporta le concours pour la chaire de philosophie au Collège royal, antérieurement illustrée par Ramus. En 1655, il y ajouta la chaire de mathématiques de Pierre Gassendi. En 1666, il fut un des premiers membres de l’Académie royale des sciences, où il déploya une activité considérable. Il mourut à Paris le 27 octobre 1675.

Peu nombreuses, les publications de Roberval sont hors de proportion avec son rayonnement intellectuel. Il a laissé un Traité de méchanique (1636), un traité cosmologique Aristarchi Samii de mundi systemate (1644) et des travaux de mathématique publiés par l’Académie en 1693 dans le recueil Divers ouvrages de Mathématique et de Physique. De nombreux manuscrits, partagés entre l’Académie des sciences, la Bibliothèque nationale de France et la bibliothèque de Toulouse, réservent encore de belles surprises.

Gilles Personne (ou Personier) de Roberval France Archives
balance romaine © CNAM, Musée des arts et métiers / Studio CNAM

En géométrie, Roberval fut un des initiateurs de la géométrie infinitésimale, et s’approcha de près du calcul intégral. Il peut aussi être appelé un des fondateurs de la géométrie cinématique, s’illustrant dans les recherches sur la trochoïde, les tangentes et les quadratures. Ses Elémens de geometrie inachevés sont, selon Vincent Jullien, une  » reprise critique des Eléments d’Euclide qui délaisse le critère cartésien de vérité intuitive pour doter ses principes premiers d’un statut davantage déterminé par des exigences logiques.  » En mécanique, il aboutit à la loi de composition des forces. Sur le problème du vide, il écrivit en 1647 et 1648 deux Narrationes qui étayent les idées de Pascal par des expériences rigoureuses. En cosmologie, il témoigne d’un détachement que nous dirions positiviste, en se réclamant de l’héliocentrisme d’Aristarque comme du système le plus simple et le mieux adapté aux lois de la nature.

Robert Halleux
professeur à l’université de Liège
directeur du centre d’histoire des sciences et des techniques


http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2002/sciences-et-techniques/personier

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :