Mediations Interculturelles Entre La France Et La Suede. Trajectoires Et Circulations de 1945 a Nos Jours (collectif 2015)
de Mickaelle Cedergren (Sous la direction de), 326 pages, Stockholm University Press (31 décembre 2015)

Télécharger le chapitre (19 p.)

Télécharger l’ouvrage (315 p.)

Autre lien de téléchargement : OAPEN Libray


Les mots d’emprunt et les transferts culturels : l’influence du français sur le suédois

Durđica Hruskar et Karl Gadelii *

Université Paris-Sorbonne

REPRODUCTION DES PREMIÈRES PAGES

 

La langue suédoise a été influencée par diverses langues à des époques dif­férentes. La langue française, toute comme la culture française, figurent parmi celles ayant exercé une influence considérable, en laissant de nom­breuses traces dans le lexique de la langue suédoise contemporaine.

Les questions principales auxquelles nous nous attacherons à ré­pondre concernent la manière dont la langue française, et éventuelle­ment la culture française, sont présentes dans la langue suédoise de nos jours, de quelles manières elle se manifestent et quelles sont les voies de leur introduction, ainsi que leurs domaines d’influence. Nous allons, tout d’abord, résumer l’histoire de l’influence lexicale et cultu­relle exercée par le français sur le suédois, en citant des exemples tirés de divers domaines1. Ensuite, nous allons esquisser la terminologie et la typologie principale de l’emprunt lexical. Finalement, nous cherche­rons à cerner l’amplitude de l’influence exercée par le français sur le suédois de nos jours, et cela en procédant à trois tâches: premièrement, en analysant les listes de nouveaux mots de la langue suédoise, deuxiè­mement, en testant la prononciation de quelques anciens emprunts au français auprès des suédophones natifs et, troisièmement, en étudiant des mots d’origine française dans des secteurs sensibles à l’image de marque française.

Les contacts franco-suédois et les emprunts lexicaux français en suédois: un aperçu historique

Les premiers contacts franco-scandinaves commencent avec la présence des Vikings en France, notamment au long du IXe siècle, dont les traces sont présentes surtout dans le vocabulaire maritime français et dans la toponymie normande. Durant l’époque médiévale, des contacts sont établis avec l’arrivée des moines de l’Abbaye de Clairvaux en Suède au XIIe siècle et des architectes français (Hallén, 2001 : 19). Au XIIIe et XIVe siècles, les étudiants suédois poursuivent leurs études en France. C’est surtout à partir du XIVe siècle que l’influence de la langue fran­çaise sur le lexique suédois commence à devenir plus importante, p. ex. dans le vocabulaire de la chevalerie (baner « bannière », kâr « amou­reux » ; Hallén, 2001 : 192). Au cours du XVIe siècle, les mots français proviennent souvent du domaine militaire (patron, furir3), empruntés parfois directement ou bien via l’allemand. Au cours du XVIIe siècle, les liens franco-suédois sont renforcés pendant la période de règne de Gustave II Adolphe, grâce au contexte politique et militaire favorable, tout comme durant la période de la reine Christine, où le français est utilisé à la cour de Suède (Engwall, 1994 : 53).

C’est notamment à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle que les mots français sont empruntés de manière plus importante, grâce aux liens politiques et culturels directs entre la France et la Suède, renforcés par la domination culturelle de la France pendant le règne de Louis XIV. Les artistes et les scientifiques français séjournent en Suède, ainsi que de nombreux huguenots, ce qui contribue au renforcement des liens entre les deux pays (Bergman, 1972 : 129). De nombreux mots français de cette période entrent par le biais de l’allemand ou du néerlandais, d’où la difficulté de déterminer avec certitude l’origine de l’influence (Bergman, 1972 : 130). Parmi les emprunts du XVIIe siècle, citons ceux du domaine architectural (balkong « balcon », allé « allée »), du do­maine des affaires (assurans « assurance », kredit « crédit »), des ac­cessoires et articles de toilette (puder « poudre », peruk « perruque »), de l’alimentation et de la cuisine (sås « sauce », kastrull « casserole »), de la politique et diplomatie (ambassad « ambassade », departement « département ») ou bien encore du domaine artistique (portrâtt « por­trait », staty « statue »)4.

Les contacts culturels sont renforcés aussi dans le domaine du théâtre à partir du règne de Charles XII, avec l’arrivée d’une troupe de théâtre française à la fin du XVIIe siècle, ainsi que durant le XVIIIe siècle, où de nombreuses pièces françaises sont jouées par des troupes diverses (Engwall, 1994 : 54). Le journal bihebdomadaire en français Stockholm Gazette couvre également des événements en France (ibid.).

Malgré cette influence remarquable, ce n’est que pendant le règne de Gustave III de la deuxième moitié du XVIIIe siècle que l’influence de la culture française culmine, en favorisant l’emprunt lexical dans le do­maine des arts, du théâtre et de la littérature. Un grand nombre de mots entre grâce à la lecture des textes littéraires français mais aussi par le biais des contacts personnels (Bergman, 1972 : 150). La culture française continue à influencer le domaine artistique et la langue sert d’inspira­tion pour des écrivains suédois dont certains n’hésitent pas à mélanger le suédois et le français, souvent pour parodier l’emploi du français de l’époque. Évoquons ici le poète C. M. Bellman, connu pour ses mélanges linguistiques savoureux (Engwall, 1994 : 56 ; Andersson, 1999 : 15), ou bien A. Strindberg au siècle suivant avec ses emplois du vocabulaire et des expressions françaises riches et variés (Engwall, 1994 : 59–61), tout comme des néologismes créés suivant des règles de formation des mots sur le modèle du vocabulaire emprunté (Ståhle, 1962 : 51–52). L’influence de la langue française ne s’est pourtant pas limitée aux mi­lieux aristocratiques et le vocabulaire est introduit aussi parmi la popu­lation rurale via la noblesse provinciale (Hallén, 2001 : 20)5.

À titre d’exemple d’emprunts de cette époque citons ceux du do­maine d’habitation et du décor (fåtôlj « fauteuil », garderob « garde-robe »), du domaine vestimentaire (kalsonger « caleçon », uniform « uniforme »), de l’alimentation (glass « glace », maräng « meringue »), du théâtre (ridå « rideau », pjäs « pièce (de théâtre) »), des arts (karika­tyr « caricature », silhuett / siluett6 « silhouette »), de la presse (affisch « affiche », annons « annonce »), de l’entreprise (direktôr « directeur », fabrik « usine, fabrique »), du vocabulaire de société (adjectifs populär « populaire », au sens « connu de tous », charmant « charmant »), ou même des prénoms (Sophie, Marie, Emil)7.

Malgré le fait que l’influence lexicale française commence à diminuer à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le français reste toujours une langue donneuse de vocabulaire étranger, tout comme l’allemand et surtout l’anglais qui commence son influence déjà à partir du XIXe siècle (Edlund & Hene, 1996 : 57). Parmi les emprunts du XIXe siècle ci­tons ceux du domaine vestimentaire et des accessoires (blus « blouse », brosch « broche »), du domaine culinaire (puré « purée », omelett « omelette », charkuteri « charcuterie ») ou encore politique (socialism « socialisme », byråkrati « bureaucratie », diplomat « diplomate »)8.

À l’époque actuelle, l’influence de la culture française par le biais de l’emprunt lexical semble se poursuivre mais dans une moindre mesure. L’influence est notamment visible dans les domaines tels que la restau­ration et la mode, où les noms français sont souvent employés (Hallén, 2001 : 21 et plus bas).

[…]


* Hruškar, Ð. et Gadelii, K. 2015. Les mots d’emprunt et les transferts culturels : l’in­fluence du français sur le suédois. In: Cedergren, M. et Briens, S. (eds.) Médiations interculturelles entre la France et la Suède. Trajectoires et circulations de 1945 à nos jours. Pp. 262–280. Stockholm: Stockholm University Press.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s