via herodote.net.


Portrait factice de Champlain, par Théophile Hamel (1870), d'après une gravure de Moncornet représentant Michel Particelli d'Émery.
Portrait factice de Champlain, par Théophile Hamel (1870), d’après une gravure de Moncornet représentant Michel Particelli d’Émery.

Le 3 juillet 1608, sous le règne d’Henri IV, Samuel de Champlain jette les fondations de l’actuelle capitale de la province du Québec.


Explorateur passionné

Né 38 ans plus tôt près de La Rochelle, Samuel de Champlain explore en 1603 la côte nord-américaine avec Aymar de Chaste, premier gouverneur de la «Nouvelle-France», une colonie encore à l’état de projet.

En 1604, de retour dans le Nouveau Monde, il tente sans succès de créer un établissement permanent dans la vallée d’Annapolis, en Acadie. Il regagne brièvement la France et publie Des Sauvages.

Lorsqu’il revient en Nouvelle-France quatre ans plus tard, Champlain jette cette fois son dévolu sur la vallée du fleuve Saint-Laurent. Il repère un promontoire boisé auquel les Indiens du cru donnent le nom de Québec, en un lieu où le fleuve se rétrécit.

Là, il fonde un comptoir, l’«Abitation de Québec», à l’origine de l’actuelle capitale administrative de la Belle Province. Samuel de Champlain veut y attirer les Indiens Montagnais, Hurons et Algonquins et en faire un établissement permanent pour la traite des fourrures.


Modestes débuts

L’Abitation comporte simplement trois maisons en bois à deux étages disposées en U autour d’une cour fermée, et un magasin d’un étage sur une cave. Elle abrite 28 hommes. Dès le début, des frictions surgissent entre ceux-ci. Là-dessus arrive l’hiver et avec lui le scorbut et la dysenterie. La maladie fauche 16 des 24 Français restés à Québec.

Commme si cela ne suffisait pas, Champlain est obligé de s’impliquer dans les guerres indiennes. Puis il poursuit l’exploration du pays et accomplit plusieurs voyages en France (il aura traversé au total 21 fois l’Atlantique, un record pour l’époque). Mais il n’oublie jamais sa colonie de Québec, dont il est nommé lieutenant-gouverneur par le duc de Montmorency en 1619.

Il meurt à Québec le 25 décembre 1635, à l’âge de 65 ans, tandis que gouvernent en France Louis XIII et son ministre Richelieu. Sa ténacité et sa réussite lui valent d’être surnommé le «Père de la Nouvelle-France».

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :