Les Courtenay - Destin D'une Illustre Famille Bourguignonne
Fiche technique Auteur : Alice Saunier-Seïté Editeur : France-Empire Date de parution : 1998 EAN13 : 9782704808458 Genre : Biographies historiques / Généalogie Langue : français

 

Descriptif
Courtenay n’évoque plus guère, aujourd’hui, qu’une sortie sur l’autoroute A6. Qui se souvient encore que cette discrète bourgade du Loiret porte le nom d’une famille dont le destin, presque ignoré maintenant, s’inscrit avec éclat dans les racines de l’histoire de France ? C’est vers l’an mille que le nom des Courtenay apparaît. Simples seigneurs bourguignons, ils rencontrent bientôt la gloire sur les routes et les champs de bataille des Croisades ; c’est là qu’ils s’imposeront, régnant sur des royaumes prestigieux, mais fragiles et éphémères : le Royaume latin de Jérusalem, dont Baudoin, le Roi Lépreux, est la figure la plus illustre, l’Empire latin de Constantinople… Étonnante dynastie, où les femmes jouent un rôle majeur, et qui, au fil des siècles, frôle de si près les trônes les plus puissants d’Europe, l’Angleterre et la France, qu’elle peut espérer les occuper. Mais jamais ni les Valois ni les Bourbons ne reconnurent comme princes du sang les descendants d’Élisabeth de Courtenay, épouse de Pierre, le frère Louis VII. “Destin oublié d’une branche capétienne”, tragique et dérisoire, à travers des personnages parfois glorieux mais qui restèrent en quelque sorte en marge de l’histoire, voilà ce que rappelle Alice Saunier-Seïté. Elle le fait avec limpidité et une économie de moyens, un strict refus de s’abandonner au romanesque de ces destinées exceptionnelles, qui laissent libre cours à l’imagination du lecteur.


gallica
INTRODUCTION

Les Courtenay n’étaient, au XIe siècle, que de simples seigneurs de La Puisaye, du Gâtinais et du comté d’Auxerre.

Des cadets s’illustrèrent en Palestine. Ils devinrent comtes d’Édesse, la marche la plus exposée en Terre Sainte. Une des leurs, Agnès de Courtenay, engendra le roi lépreux, Baudouin IV, et une descendance féminine qui passa la Couronne de Jérusalem aux Lusignan, aux Champagne, aux Brienne et enfin à Frédéric II de Hohenstaufen.

D’autres partirent en Angleterre, avec Guillaume le Conquérant, et approchèrent le trône des Plantagenêt, puis des Tudor.

L’héritière de la branche aînée, Élisabeth de Courtenay, épousa un fils de France, Pierre, le propre frère du roi Louis VII. Leur descendance régna sur les comtés de Nevers, d’Auxerre, de Tonnerre, de Namur, de Flandre et enfin sur l’empire de Constantinople.

Le prestigieux destin de cette famille est pourtant presque ignoré en France. Ni les Valois, ni les Bourbons ne reconnurent jamais les Courtenay comme princes de sang.

Ils l’étaient pourtant indiscutablement. En cas d’extinction de la dynastie des Bourbons, c’est normalement à eux que devaitrevenir la Couronne de France, selon les mêmes lois écrites ou non écrites dont avaient bénéficié Philippe VI et Henri IV.

Il est vrai que la branche aînée des Courtenay, en voulant se maintenir dans une Constantinople exsangue, puis reconquérir l’empire perdu, avait trop sacrifié ses intérêts en France au détriment de la branche cadette. Celle-ci reçut deux fois l’archevêché de Reims, mais ne bénéficia d’aucun apanage et se trouva trop appauvrie pour figurer à la Cour. Elle laissa passer deux chances : sa propre parenté avec Richelieu, et un projet de
mariage avec une nièce de Mazarin.

La dernière des Courtenay, au XVIIIe siècle, apporta son titre princier à l’illustre famille de Bauffremont sans parvenir à faire reconnaître son appartenance à la famille de France.

C’est ce destin oublié d’une branche capétienne que nous voulions tenter de rappeler.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :