Histoire des grands inventeurs français du XIVe siècle à nos jours (Philippe Valode 2015)

LOGO GOOGLE PREVIEW


Présentation de l’éditeur

Depuis cinq siècles, les inventeurs français se sont souvent trouvés à la pointe du progrès technique et intellectuel. Qui sait qu’au XVIIe siècle, Blaise Pascal invente la machine à calculer et démontre l’existence du vide ? Qui sait que la première tentative de transfusion sanguine a été pratiquée par Jean-Baptiste Denys en 1667 ? À la même époque, Dom Pérignon invente le champagne !
Au siècle des Lumières, la France s’impose avec Lavoisier, les frères Montgolfier, Denis Papin… Le XIXe siècle marque une accélération des savoirs : Champollion, Ampère, Louis Pasteur, Clément Ader, Gustave Eiffel… Le XXe siècle sera celui des révolutions scientifiques avec les Curie, de Broglie, Lépine, Montagnier, Moreno… sans oublier les inventeurs des produits de grande consommation comme Lacoste ou Bich, le père du stylo BIC.
Plus de 130 inventeurs et découvreurs sont ici présentés, retraçant la grande aventure qui a classé la France parmi les premières puissances de la planète. L’auteur y montre comment le génie français, alliant rigueur scientifique et sensibilité littéraire, a permis des avancées décisives dans tous les domaines. Une suite d’aventures incroyables, souvent baroques, toujours étonnantes.


Biographie de l’auteur

Philippe Valode est l’auteur d’environ soixante-dix ouvrages historiques ; parmi lesquels Les énigmes de la l ° République (First, 2007). Chez Nouveau Monde éditions, il a déjà publié Hitler et les sociétés secrètes (2009), Les hommes de Pétain (2010), Le destin des hommes de Pétain (2014).


REPRODUCTION DE L’ INTRODUCTION

Traitement ocr amélioré

 

Ce sont plus de 130 inventeurs et découvreurs français qui sont ici présentés, retraçant cette grande aventure qui a permis au pays de s’affirmer dans le peloton de tête des puissances de la planète depuis des siècles.

Le parti pris de débuter notre étude à la fin du Moyen Âge ne signifie nullement que la Renaissance marquerait une sorte de renouveau intellectuel décisif après des temps d’obscurantisme. Il n’est tout simplement pas possible, auparavant, d’identifier les inventeurs. Au demeurant, en bien des époques anciennes, ce que nous imaginons constituer des découvertes européennes était depuis fort longtemps repéré et utilisé en d’autres points du globe. Pensons simplement à la Chine des Hans (papier, boulier, poudre, boussole, pont suspendu, acier, brouette, soc de charrue…) ou au monde arabe des Omeyyades et des Abbassides (médecine, algèbre).

Aussi nous en tiendrons-nous aux véritables percées françaises depuis cinq cents ans, qui ont autorisé des avancées décisives non seulement en ce pays mais également en Europe et dans le monde développé. Naturellement, il ne s’agit, en aucune façon, d’un bilan des seules avancées scientifiques, le progrès ne se résumant d’aucune façon à la technologie. Du champagne au premier roman, de la botanique à l’étude des animaux, de l’architecture au « décryptage » des hiéroglyphes, du langage des sourds-muets à la conserverie alimentaire, de l’allumette au phosphore au scaphandre sous-marin, de la chemise Lacoste à la pointe BIC, ce sont également toutes les révolutions de notre vie quotidienne et intellectuelle qui sont abordées et décrites. Une suite d’aventures incroyables, souvent baroques, parfois étonnantes et toujours « enthousiasmantes »…

Plusieurs constats frappent l’auteur à peine sa souris délaissée :

–       Nos inventeurs sont, le plus souvent, de fantastiques personnalités, dont la vie entière est un roman : aussi lire le récit de leur vie est-il fort distrayant et, bien souvent, très instructif.

–       Nos plus grands découvreurs sont, presque toujours, à la fois philosophes et scientifiques : une bonne leçon pour les obscurantistes qui opposent les forts en maths aux forts en thème latin, chose la plus stupide qu’on puisse imaginer. C’est naturellement sur la philosophie que s’appuie la science pour échafauder ses hypothèses avant de les contrôler. .. Une science qui comme la philosophie n’utilise pour désigner ses concepts que des mots à racines grecques et latines.

–  Les grandes écoles françaises, de Normale Sup à Polytechnique en passant par Centrale, les Travaux Publics, les facultés de médecine et les établissements d’ingénieurs ont formaté les meilleures cervelles et sont à la base du succès français, que cela plaise ou non.

–  Les découvertes sont bien souvent le fruit d ‘efforts conjugués, de personnalités qui s’associent : mari, femme et fille avec les Curie, frères avec les Montgolfier et les Lumière, individualités éminentes avec Niepce et Daguerre, Guérin et Calmette, Panhard et Levassor, plus tard d’équipes entières comme au temps des pasteuriens, avec Jacob, Lwoff et Monod, Montagnier, Barré-Sinoussi (et Cherrnann) … Comme quoi le génie solitaire peut avoir besoin pour se surpasser de l’échange et du défi.

– Les inventions françaises s’inscrivent toujours dans un environnement européen, souvent allemand et anglais, puis également américain à partir de la fin du XIXe siècle. Ce qui veut dire qu’elles s’insèrent dans une émulation qui dépasse les frontières . Le monde des découvreurs et des inventeurs n’a nulle limite et poursuit ses échanges, imperturbablement, malgré les conflits entre nations européennes . D’ailleurs, de plus en plus souvent, les meilleurs scientifiques d’une nation sont distingués par les Académies de tous les autres pays, du moins ceux qui font la course en tête du progrès.

-Les inventions se sont multipliées, c’est l’évidence, à partir du début du XIXe siècle. Faut-il parler d’une accélération du temps ? N’oublions pas qu’en 1850, le monde dit civilisé ignore le pétrole, l’automobile, l’avion, le téléphone et vient juste de découvrir l’électricité. Et ne s’agit-il pas d’une précipitation certes spectaculaire mais inquiétante ? Car voici, en ce début de XXIe siècle, que s’affirme le temps des apprentis sorciers, ceux qui manipulent la médecine, la biologie, la nature, l ‘atome, la météorologie…

– Les liens établis entre les découvreurs et l’industrie sont extrêmement étroits : c’est là encore notre Second Empire qui pousse au rapprochement entre laboratoires  et industriels.  L’exemple  de  Pasteur  est particulièrement démonstratif. Les difficultés rencontrées en matière de recherche appliquée, autrement dit cette relation à établir en permanence entre lieux de recherche fondamentale et labos industriels, sont finalement récentes. Heureusement, l’observation attentive des choses conduit à penser que notre pays s’engage, à présent, sur la voie d’une amélioration de la recherche appliquée.

– Enfin, il faut constater que la France fait preuve, durant toutes ces époques, d’un dynamisme remarquable. Certes, elle compte cinquante années de retard au début du XIXe siècle sur ses concurrentes anglo­-saxonnes, mais a recollé au peloton de tête du développement et de la créativité dès la fin du Second Empire. On ne dira jamais assez tout ce que l’on doit à l ’empereur honni de Sedan. Le lecteur sera frappé de la sollicitude de l’empereur Napoléon III envers Pasteur, Sainte-Claire Deville, Giffard … C’est un passionné de technologie qui organisera deux vastes expositions universelles très incitatives pour toute l’industrie nationale en 1855 et 1867.

– À partir du début du xxe siècle, on possède une façon (bien aussi acceptable qu’une autre) de mesurer l’effort national. Il s’agit du nombre de prix Nobel attribués à des Français depuis 1901. Jusqu’à ce jour, les Français ont reçu 61 prix Nobel (Marie Curie l’ayant obtenu deux fois), soit approximativement 6 % du total des distinctions distribuées, ce qui positionne le pays au quatrième rang mondial derrière les États-Unis, la Grande-Bretagne, et l’Allemagne. Un rang tout à fait acceptable, fermement maintenu depuis une dizaine d ‘années, contrairement aux rumeurs de décadence …

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :