Calvin et le calvinisme - Cinq siècles d'influences sur l'Eglise et la SociétéHirzel, Sallmann

Broché: 360 pages
Editeur : Labor et Fides (30 octobre 2008)
Collection : HISTOIRE ET SOC
Langue : Français
ISBN-10: 2830912772
ISBN-13: 978-2830912777

 

.

LOGO GOOGLE PREVIEW


Présentation de l’éditeur

Que reste t il de Calvin et du calvinisme aujourd’hui ? Treize spécialistes du Réformateur s’intéressent dans cet essai à l’influence de cette figure centrale dans toutes sortes de domaines : sur la tolérance religieuse, le capitalisme, la démocratie moderne et l’éthique, dans les mentalités et les pays où sa pensée s’est traduite (Suisse, Etats Unis, Europe), sur la foi chrétienne, la manière d’appréhender la Bible ou de définir le lien du religieux et du politique. L’actualité de Calvin reste éminemment prégnante dans le monde aujourd’hui, même si le bilan du calvinisme présente les ombres et lumières du contraste, ce que les meilleurs connaisseurs actuels de sa pensée s’attachent ici à démontrer.


 

EXTRAITS

CALVIN ET LA TRANSFORMATION DE GENÈVE (Philip Benedict)

P. 15 – 32

Dans la vie et l’œuvre de Calvin, il n’y a guère d’aspect plus remarquable que la mesure dans laquelle il transforma Genève au XVIe siècle, et il n’en est guère qui aient eu plus d’échos à son époque. Un éminent historien de la Réforme a pu avec raison donner à Calvin le titre de grand apôtre de la « Réforme des réfugiés » au XVIe siècle. Les transformations opérées à Genève de son vivant sont en bonne partie le résultat de sa capacité à convaincre la ville, où lui-même se considéra toujours comme étranger, d’ouvrir largement ses portes aux immigrants. Dans ses sermons, il affirme que Genève a vocation d’être « une lampe ardente pour éclairer ceux qui sont encore éloignés de l’Evangile » […] De son vivant, ce défenseur du droit d’asile pour les fidèles persécutés accomplit la transformation de Genève non seulement par son éloquence exceptionnelle, la vigueur de son discours et sa maîtrise de la Bible […] mais aussi grâce à la mise en place d’un système de surveillance morale d’une sévérité et d’une efficacité sans précédent, au recours aux autorités séculières pour imposer silence à ceux qui étaient en désaccord avec lui […] la Genève où arriva Calvin était une ville de huit à dix mille habitants dont l’importance ne dépassait pas la région […], elle était indépendante et protestante de fraîche date. […]

Calvin, qui ne devint bourgeois de Genève qu’en 1559, continua à se considérer avant tout comme français. Avec nostalgie, il évoquait dans ses sermons la beauté de son pays natal et continuait à porter aux affaires françaises l’intérêt d’un exilé. […]

 Il ne faiblit jamais cependant sans sa mission de courber les nuques raides de ses nouveaux compatriotes en signe d’humilité devant Dieu […] A cette fin, il s’attela à la tâche de remodeler les institutions ecclésiastiques, les coutumes et les mœurs de Genève. […] la transformation ne toucha pas seulement les mœurs et la morale de la ville, mais aussi sa classe dirigeante, sa population et son économie. A la mort de Calvin, en 1564, pas un des vingt-cinq membres du Petit Conseil qui siégeaient lors de son arrivée en 1536 ne vivait encore à Genève, et les enfants d’un bon tiers se trouvaient en exil. Une nouvelle classe avait pris leur place, composée en majorité d’immigrés, sérieux, intègres et bien décidés à maintenir la réputation de « lumière des peuples » acquise par la ville. Entre 1536 et 1564, on estime que dix mille réfugiés mâles adultes arrivèrent à Genève, à quoi s’ajoute un nombre indéterminé de femmes et d’enfants […] Parmi les nouveaux venus se trouvaient de riches marchands italiens et d’habiles artisans français qui jetèrent les bases de la manufacture des textiles de qualité et des montres qui allaient faire la prospérité de la ville […] dans leurs rangs on trouve aussi des maîtres imprimeurs comme Robert Estienne et Conrad Bade, plus d’une centaine d’ouvriers typographes et Laurent de Normandie, riche entrepreneur venu de la ville natale de Calvin. Alors que Genève n’avait pas d’industrie du livre digne de ce nom avant l’arrivée de Calvin, on vit s’ouvrir entre 1550 et 1563 pas moins de cinquante ateliers d’imprimerie […]

Peu après la victoire du parti calvinien, le réformateur vit se réaliser l’un de ses vœux les plus chers lorsque la ville créa en 1559 un établissement d’enseignement supérieur, l’Académie. […] En moins de trente ans, ce petit centre de négoce régional, relativement insignifiant et déchiré par les factions, avait été transformé en une cité qui, aux yeux de ses admirateurs de toute l’Europe, avait valeur de modèle par ses lois et ses institutions ecclésiastiques […] La population de Genève avait doublé, son économie avait connu un essor sans précédent, mais surtout, son caractère avait été transformé.

Plusieurs qualité personnelles de Calvin contribuent à expliquer comment il a pu exercer une telle influence sur une ville où il se sentit toujours étranger […] Certaines caractéristiques de la ville ont également contribué à son succès […] La venue d’un homme providentiel au moment le plus opportun fournit un exemple éclatant de l’incroyable emprise que peut exercer un prophète lorsque les circonstances sont favorables.


Traduit de l’anglais par Nelly Lasserre-Jomini.

.

.

.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :